Accueil > Actualités > Opinions

Dernier ajout : 25 octobre.

L’humeur de Pathé Barry : On nous a trahis !

 samedi 25 octobre 2014

Trahison ! Nous avons été trahis, les gars ! Qui a eu cette fumeuse idée de proposer un tel projet de loi pour adoption par l’assemblée ? C’est loin d’être ce que nous avons voulu. Je suspecte Hermann d’être derrière ce texte. Ce monsieur n’a certainement pas encore digéré son décagnotage sans préavis du gouvernement il y a quelques années ou encore l’appui que nous avons apporté à Gilbert qui lui a arraché son parti. Il n’a pas non plus oublié qu’en 2005 il déclarait dans les journaux que Blaise « croit (...)

Armée burkinabè, ne tirez pas sur le Peuple

 samedi 25 octobre 2014

La première mission des Forces Armées Nationales (FAN) du Burkina Faso, c’est de ‘’garantir la sécurité, la souveraineté et l’intégrité du territoire national’’ . L’armée doit donc toujours être prête à faire face à des menaces de l’extérieure comme celles de l’intérieur. Concernant ce dernier type de menace, les forces armées peuvent apporter leur appui aux forces de sécurité publique et faire usage de la force si nécessaire pour garantir la protection des personnes et des biens.
Face à l’insécurité (...)

La loi n’est pas tout

 samedi 25 octobre 2014

Ayaa ! Pawaa ? Ça y est, le sort est jeté. Le référendum montre le bout de son nez, par une tentative d’obtenir une loi. Une idée fait son chemin qui menace la quiétude de tout le Burkina Faso. Une idée sortie du cerveau d’un homme. Et quel homme ! Le premier magistrat. Et qui devient un projet de loi. A peine posée sur la table du conseil des ministres, ce texte se trouve envoyé en un temps record au Parlement. Un record suspect, quand on songe aux fonctionnaires qui attendent une décision sur leur (...)

Bienvenue en Blaise-Faso : La démocratie burkinabè vient de mourir, alors, tout est permis.

 vendredi 24 octobre 2014

Ainsi donc, la disparition brutale de M. Arba Diallo aura été comme prémonitoire : il est des scènes et spectacles dont un homme digne et sage ne préférera jamais être témoin, et des situations dont, tout vaillant et combattant qu’il est, il préférera se retirer, dans/par la mort, l’honneur sauf.
La Constitution burkinabè est morte, et avec elle sa jeune et fragile démocratie. Le scandale est que celui qui les tue, en ce moment même, n’est personne d’autre que celui-là même que le peuple burkinabè a (...)

Les farces plates de Monsieur Roch Kaboré

 vendredi 24 octobre 2014

Monsieur le Président du MPP,
Vous nous aviez prédit un échec retentissant du vote des députés CDP parce que vous auriez réussi l’exploit de les débaucher pour ne pas dire de les corrompre. Or donc, comme un seul homme, tous les 70 députés CDP ont voté avec un rare enthousiasme le projet de loi déposé par le gouvernement sur le bureau du Président Ouattara.
Il est vrai que vous et votre néo-mentor Salif Diallo êtes passés maîtres dans les intrigues et propagation de fausse nouvelle pour vous donner de la (...)

Fidèle HIEN à Hermann YAMEOGO : Lettre ouverte à un vieil ami

 vendredi 24 octobre 2014

Bonjour Hermann,
J’espère et souhaite que cette lettre te trouve en parfaite santé. Acceptes que j’utilise le style familier, qui est celui qui a toujours prévalu entre toi et moi depuis 1992, pour te parler ; je serai en effet plus à l’aise.
Tu sais très bien que tu as été plus qu’un ami pour moi pendant plus de 15 ans. Tu sais pourquoi et comment nos chemins, sur le plan politique, se sont séparés en septembre 2005, mais n’est du reste pas l’objet de la présente. Tu sais aussi que malgré cela et (...)

A tout parlementaire de bonne volonté

 vendredi 24 octobre 2014

Le gouvernement de notre pays s’est silencieusement et collectivement sabordé en donnant une caution frauduleuse à la forfaiture qui tend à trainer notre peuple sur l’échafaud d’un référendum dont on sait qu’il est gros de tous les dangers pour notre démocratie. L’avènement de la cinquième législature de la quatrième république s’annonçait comme l’occasion propice pour arrimer définitivement notre pays au peloton des pays à démocratie assise, stable et proactive. Malheureusement nous n’en semblons pas prendre (...)

Appel á la mobilisation du Collectif des Femmes pour la Défense de la constitution (COFEDEC)

 vendredi 24 octobre 2014

Le mardi 21 octobre 2014, malgré la clameur populaire de désapprobation générale, le conseil extraordinaire des ministres, sous la houlette du président Blaise Compaoré, a décidé d’introduire un projet de loi pour modifier l’article 37 de la Constitution, en vue de permettre á Blaise Compaoré de se présenter à l’élection présidentielle de 2015 alors que la constitution le lui interdit.
Le Collectif des Femmes pour la Défense de la Constitution crée en 2013 et ayant pour objectif de défendre la Constitution (...)

Lettre ouverte N°1 de Pargui Emile Paré à Blaise Compaoré : Au nom de la démocratie, de la stabilité politique, de la paix et de la sécurité du peuple et du pays, je vous demande de démissionner.

 vendredi 24 octobre 2014

Le Burkina Faso est aujourd’hui et véritablement à la croisée des chemins (dixit Laurent Bado). Il est à un moment historique ou plus que tout autre couche sociale, les intellectuels doivent s’assumer, prendre leur responsabilité pour peser sur le cours des évènements politiques et sociales à venir. Intellectuel médecin, intellectuel politique que je suis, j’ai décidé de m’assumer par cette lettre que je m’emploierai à diffuser partout, où besoin sera.
Bienvenue au projet de loi portant révision de la (...)

Référendum : De quoi l’opposition a-t-elle peur ?

 vendredi 24 octobre 2014

Pendant des mois, l’opposition avait mené une campagne hors pair pour empêcher la tenue du référendum, quitte à faire planer sur notre pays, des menaces de troubles sociaux. Maintenant que le président du Faso a convoqué le référendum, nous leur demandons d’être simplement des démocrates. Dans quelle démocratie empêche-t-on le peuple d’exprimer clairement sa position sur une question qui divise les uns et les autres ?
On se rendra compte que sous le prétexte de s’opposer à un projet, les opposants (...)

Si j’étais député de la IVième République du Burkina Faso

 vendredi 24 octobre 2014

Si j’étais député du Burkina Faso, après que le Conseil des ministres extraordinaire du mardi 21 juillet 2014 ait annoncé l’envoi d’une proposition de loi à l’Assemblée nationale portant modification de la Constitution, j’aurais convoqué une conférence de presse. Je l’aurais fait depuis le soir du mardi 21 juillet parce que le temps presse, parce que l’engrenage dans lequel les tenants du pouvoir à vie nous ont conduits est déjà en marche.
Je me serais adressé à mes électeurs à travers les medias nationaux (...)

De l’illégalité du boycott actif

 vendredi 24 octobre 2014

Nos élites politiques de l’opposition, surtout du MPP, sont imbues d’elles-mêmes et s’autoproclament vaillantes en création de chienlit tandis que celles se réclamant du Sankarisme se veulent non seulement révolutionnaires mais surtout rédemptrices du peuple. Ces coalitions, adeptes du chaos, ne veulent plus se contenter du moyen constitutionnel qu’est la désobéissance civile, parlent ouvertement de boycott actif comme Koudou Gbagbo Laurent l’a pratiqué en Côte d’Ivoire de façon violente avec des (...)

UNIR/PS : Assemblée générale extraordinaire ce vendredi 24 octobre

 jeudi 23 octobre 2014

En raison de la situation nationale, Maître Bénéwendé S. SANKARA, Président de l’UNIR/PS, convoque de toute urgence tous les membres des bureaux des secteurs de la commune de Ouagadougou ainsi que les sections de la province du Kadiogo à une importante Assemblée Générale extraordinaire le vendredi 24 Octobre 2014 à partir de 14 heures au siège du parti sis aux 1200 logements.
Avec le peuple, victoire !
Pour (...)

Le peuple burkinabè a-t-il besoin de vos querelles ?

 jeudi 23 octobre 2014

Il n’est plus besoin de faire des études pour connaître les besoins socioéconomiques des Burkinabè. Eau, électricité, emploi des jeunes, autosuffisance alimentaire… Pourtant, ce pays pauvre ploie sous le poids d’un article de sa Constitution. Au lieu de nous développer, tout le monde s’est mis à parler et à s’exprimer, laissant le principal concerné sur le carreau.
C’est pourquoi, il est temps de réhabiliter ce peuple de qui tout le monde tient sa légitimité. Il a souvent été malmené avec des discours, des (...)

Du nouvel article 37 ou de l’obligation du Conseil constitutionnel de se dédire

 jeudi 23 octobre 2014

La presse nous a permis de connaître la teneur non encore officielle de la nouvelle mouture de l’article 37 bientôt soumise au vote de l’Assemblée Nationale et qui se lirait comme suit : « Le Président du Faso est élu au suffrage universel direct, égal et secret. Il est rééligible deux fois ». Notre analyse n’est que perspective parce que le chemin est encore long pour que celle-ci intègre notre nouvelle Constitution. Long ? Avec l’ADF RDA qui a marqué son accord à la Conférence des présidents pour que (...)

A propos de la situation nationale : « Ce que tu n’as pas gagné par les armes, tu ne peux le gagner par les larmes », rappelle Touorizou Hervé Somé.

 jeudi 23 octobre 2014

Les idées sont les armes de l’esprit et l’ esprit arrive toujours à dominer le glaive, bien que les deux soient des armes redoutables selon Napoléon. Que les semi- lettrés qui s’ignorent comme tels ne voient pas en mon titre un quelconque appel à la guerre guerroyante. Encore que le Burkina ait toujours vécu une guerre à sens unique depuis l’avènement de Blaise en 1987.
Ni non plus un appel à courber l’échine. Je veux seulement dire que nous avons donné tous les conseils au Président Blaise (...)

Référendum : L’acte historique et libérateur du président du Faso

 jeudi 23 octobre 2014

Enfin, le président du Faso nous a écoutés. Nous avions réclamé pendant des mois qu’il lance le référendum pour nous départager sur la question de l’article 37. Maintenant, nous allons nous exprimer cette fois ci dans les urnes pour montrer clairement notre volonté de poursuivre le challenge avec Blaise Compaoré dans la paix et la stabilité.
C’est une décision historique à notre sens parce que le Burkina va enfin, à l’instar d’autres pays (où la non limitation des mandats n’a pas provoqué leur (...)

Situation nationale : la Constitution, c’est une vie, tout un corps biologique !

 mercredi 22 octobre 2014

Selon l’article 16 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789, « mère » de la lignée des Constitutions de tradition francophone, « toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’à point de constitution » ! Aussi, l’utilisation abondante des mots Constitution, référendum, révision, article 37, ces derniers temps au Burkina de façon systématique, ne laisse aucun doute sur la méconnaissance réelle et grave de leurs sens (...)

Situation nationale : Et quoi maintenant ?

 mercredi 22 octobre 2014

Nous savions tous que rien n’empêcherait Blaise Compaoré d’appeler au référendum sur la question de l’article 37 ! Je me passerai bien de m’étaler sur la crise, ses raisons, les arguments de part et d’autres d’autant que tout a ou presque a été dit sur le sujet depuis que la crise dure !
Compaoré a clairement exprimé son intention de tordre le coup à l’article 37. Qu’allons-nous faire ? Que nous reste-t-ils à faire ? Ma conviction, est que ce référendum est illégal et doit être empêché par tous les moyens ! (...)

Révision de l’article 37 : Un coup d’Etat constitutionnel selon Abdoul Karim SANGO

 mercredi 22 octobre 2014

Hier, le 21 octobre 2014, le gouvernement a décidé, à l’initiative du président Compaoré, de soumettre un projet de loi portant modification de l’article 37. Sans en connaître la teneur exacte, je puis affirmer sans me tromper que l’objet de cette révision va consister à modifier l’article 37 pour permettre à l’actuel président Compaoré au terme de 28 ans de pouvoir de se représenter.
Ses partisans qui ont animé un point de presse hier, l’ont affirmé. Ce projet de loi opère un changement anti (...)

Pages : 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 3600

  Météo
  A la une de la presse
  Caricatures
  PMU'B
PMU'B

4+1 DU 24/10/2014

1 - 10 - 5 - 7 - 2 NP : 00

ORD :681 000F
DES :8 500F
BON : 500F
C G : 4 500 F
C P A : 1 500F
C P B : 2 500 F
C P C : 1 000F

Conseil des Ministres depuis 2004
  Pharmacies de garde
Aéroport de Ouagadougou horaires

Suivez Lefaso.net
sur le WEB


Déjà 30 000 abonnés !

Lefaso.net
sur Facebook


Suivez
@lefaso_net
sur Twitter



LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés