Accueil > Actualités > Opinions

Dernier ajout : 23 octobre.

De l’illégalité du boycott actif

 jeudi 23 octobre 2014

Nos élites politiques de l’opposition, surtout du MPP, sont imbues d’elles-mêmes et s’autoproclament vaillantes en création de chienlit tandis que celles se réclamant du Sankarisme se veulent non seulement révolutionnaires mais surtout rédemptrices du peuple. Ces coalitions, adeptes du chaos, ne veulent plus se contenter du moyen constitutionnel qu’est la désobéissance civile, parlent ouvertement de boycott actif comme Koudou Gbagbo Laurent l’a pratiqué en Côte d’Ivoire de façon violente avec des (...)

UNIR/PS : Assemblée générale extraordinaire ce vendredi 24 octobre

 jeudi 23 octobre 2014

En raison de la situation nationale, Maître Bénéwendé S. SANKARA, Président de l’UNIR/PS, convoque de toute urgence tous les membres des bureaux des secteurs de la commune de Ouagadougou ainsi que les sections de la province du Kadiogo à une importante Assemblée Générale extraordinaire le vendredi 24 Octobre 2014 à partir de 14 heures au siège du parti sis aux 1200 logements.
Avec le peuple, victoire !
Pour (...)

Lettre ouverte N°1 de Pargui Emile Paré à Blaise Compaoré : Au nom de la démocratie, de la stabilité politique, de la paix et de la sécurité du peuple et du pays, je vous demande de démissionner.

 jeudi 23 octobre 2014

Le Burkina Faso est aujourd’hui et véritablement à la croisée des chemins (dixit Laurent Bado). Il est à un moment historique ou plus que tout autre couche sociale, les intellectuels doivent s’assumer, prendre leur responsabilité pour peser sur le cours des évènements politiques et sociales à venir. Intellectuel médecin, intellectuel politique que je suis, j’ai décidé de m’assumer par cette lettre que je m’emploierai à diffuser partout, où besoin sera.
Bienvenue au projet de loi portant révision de la (...)

Référendum : De quoi l’opposition a-t-elle peur ?

 jeudi 23 octobre 2014

Pendant des mois, l’opposition avait mené une campagne hors pair pour empêcher la tenue du référendum, quitte à faire planer sur notre pays, des menaces de troubles sociaux. Maintenant que le président du Faso a convoqué le référendum, nous leur demandons d’être simplement des démocrates. Dans quelle démocratie empêche-t-on le peuple d’exprimer clairement sa position sur une question qui divise les uns et les autres ?
On se rendra compte que sous le prétexte de s’opposer à un projet, les opposants (...)

Si j’étais député de la IVième République du Burkina Faso

 jeudi 23 octobre 2014

Si j’étais député du Burkina Faso, après que le Conseil des ministres extraordinaire du mardi 21 juillet 2014 ait annoncé l’envoi d’une proposition de loi à l’Assemblée nationale portant modification de la Constitution, j’aurais convoqué une conférence de presse. Je l’aurais fait depuis le soir du mardi 21 juillet parce que le temps presse, parce que l’engrenage dans lequel les tenants du pouvoir à vie nous ont conduits est déjà en marche.
Je me serais adressé à mes électeurs à travers les medias nationaux (...)

Le peuple burkinabè a-t-il besoin de vos querelles ?

 jeudi 23 octobre 2014

Il n’est plus besoin de faire des études pour connaître les besoins socioéconomiques des Burkinabè. Eau, électricité, emploi des jeunes, autosuffisance alimentaire… Pourtant, ce pays pauvre ploie sous le poids d’un article de sa Constitution. Au lieu de nous développer, tout le monde s’est mis à parler et à s’exprimer, laissant le principal concerné sur le carreau.
C’est pourquoi, il est temps de réhabiliter ce peuple de qui tout le monde tient sa légitimité. Il a souvent été malmené avec des discours, des (...)

Du nouvel article 37 ou de l’obligation du Conseil constitutionnel de se dédire

 jeudi 23 octobre 2014

La presse nous a permis de connaître la teneur non encore officielle de la nouvelle mouture de l’article 37 bientôt soumise au vote de l’Assemblée Nationale et qui se lirait comme suit : « Le Président du Faso est élu au suffrage universel direct, égal et secret. Il est rééligible deux fois ». Notre analyse n’est que perspective parce que le chemin est encore long pour que celle-ci intègre notre nouvelle Constitution. Long ? Avec l’ADF RDA qui a marqué son accord à la Conférence des présidents pour que (...)

A propos de la situation nationale : « Ce que tu n’as pas gagné par les armes, tu ne peux le gagner par les larmes », rappelle Touorizou Hervé Somé.

 jeudi 23 octobre 2014

Les idées sont les armes de l’esprit et l’ esprit arrive toujours à dominer le glaive, bien que les deux soient des armes redoutables selon Napoléon. Que les semi- lettrés qui s’ignorent comme tels ne voient pas en mon titre un quelconque appel à la guerre guerroyante. Encore que le Burkina ait toujours vécu une guerre à sens unique depuis l’avènement de Blaise en 1987.
Ni non plus un appel à courber l’échine. Je veux seulement dire que nous avons donné tous les conseils au Président Blaise (...)

Référendum : L’acte historique et libérateur du président du Faso

 jeudi 23 octobre 2014

Enfin, le président du Faso nous a écoutés. Nous avions réclamé pendant des mois qu’il lance le référendum pour nous départager sur la question de l’article 37. Maintenant, nous allons nous exprimer cette fois ci dans les urnes pour montrer clairement notre volonté de poursuivre le challenge avec Blaise Compaoré dans la paix et la stabilité.
C’est une décision historique à notre sens parce que le Burkina va enfin, à l’instar d’autres pays (où la non limitation des mandats n’a pas provoqué leur (...)

Situation nationale : la Constitution, c’est une vie, tout un corps biologique !

 mercredi 22 octobre 2014

Selon l’article 16 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789, « mère » de la lignée des Constitutions de tradition francophone, « toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’à point de constitution » ! Aussi, l’utilisation abondante des mots Constitution, référendum, révision, article 37, ces derniers temps au Burkina de façon systématique, ne laisse aucun doute sur la méconnaissance réelle et grave de leurs sens (...)

Situation nationale : Et quoi maintenant ?

 mercredi 22 octobre 2014

Nous savions tous que rien n’empêcherait Blaise Compaoré d’appeler au référendum sur la question de l’article 37 ! Je me passerai bien de m’étaler sur la crise, ses raisons, les arguments de part et d’autres d’autant que tout a ou presque a été dit sur le sujet depuis que la crise dure !
Compaoré a clairement exprimé son intention de tordre le coup à l’article 37. Qu’allons-nous faire ? Que nous reste-t-ils à faire ? Ma conviction, est que ce référendum est illégal et doit être empêché par tous les moyens ! (...)

Révision de l’article 37 : Un coup d’Etat constitutionnel selon Abdoul Karim SANGO

 mercredi 22 octobre 2014

Hier, le 21 octobre 2014, le gouvernement a décidé, à l’initiative du président Compaoré, de soumettre un projet de loi portant modification de l’article 37. Sans en connaître la teneur exacte, je puis affirmer sans me tromper que l’objet de cette révision va consister à modifier l’article 37 pour permettre à l’actuel président Compaoré au terme de 28 ans de pouvoir de se représenter.
Ses partisans qui ont animé un point de presse hier, l’ont affirmé. Ce projet de loi opère un changement anti (...)

M. Mamadou Djibo, de grâce, épargnez-nous vos théories d’homme irremplaçable ad vitam aeternam

 mardi 21 octobre 2014

Dans votre article intitulé « L’appel à la souveraineté du peuple est indépassable », publié dans lefaso.net du 14 octobre 2014 vous dites, pour justifier pourquoi tous les moyens doivent être mis en œuvre pour lever la limitation des mandats présidentiels afin de permettre au président Compaoré de continuer à régner : « Il y a une globalité géopolitique en jeu. Il y a surtout, dans une Afrique en panne de bons dirigeants, la nécessité de trouver le mécanisme démocratique pour garder les meilleurs ».
Sans (...)

Etienne Traoré à propos de l’article 37 : Et si l’on confie la primature à l’ADF/RDA ?

 dimanche 19 octobre 2014

La presse nous avait alertés à propos d’une importante décision du Président Compaoré à rendre public ce jour 17 Octobre. Cette décision devrait indiquer la voie à suivre pour réviser l’article 37 : soit par voie référendaire, soit par voie parlementaire. En réunissant ses ministres autour de la question (en rapport avec l’échec du dernier dialogue indirect), on peut raisonnablement admettre que c’est la voie parlementaire qui est privilégiée.
Dans ce cas, la Constitution exige une majorité qualifiée des (...)

Y a-t-il nécessité d’ « Hommes forts » pour l’Afrique ? Les Présidents Obama et Compaoré sur des points différents d’une même ligne.

 dimanche 19 octobre 2014

Dans une Interview accordée à trois médias internationaux, le Président Blaise Compaoré a affirmé : Il n’y a pas d’institutions fortes, s’il n’y a pas d’hommes forts pour poser les jalons de ces institutions, dans la durée », a t-il confié à TV5, BBC et France 24 pendant son séjour aux Etats-Unis, a l’occasion du premier sommet USA/Afrique tenu du 4 au 6 Aout 2014. Cette déclaration est relative à celle donnée par le premier Président Américain qui, dans son discours au Ghana a dit : « l’Afrique n’a pas (...)

Proposition de sortie de crise : Une lettre ouverte à l’Opposition, à la majorité et à la société civile

 jeudi 16 octobre 2014

Mesdames et messieurs les responsables de
L’Opposition politique,
La majorité et
La société civile,
La médiation « auto saisie » du président Jean Baptiste OUEDRAOGO a échoué faute de mandat. Le dialogue inclusif initié par le Président du Faso a échoué faute d’accord sur le traitement à réserver aux points non consensuels. Le Président du Faso en initiant le dialogue inclusif a donné à sa majorité un mandat pour dialoguer avec l’opposition politique. Pourquoi avoir refusé ce mandat lors du processus (...)

Pourquoi vendre notre constitution ?

 jeudi 16 octobre 2014

Depuis 1960 jusqu’en Octobre 1987, malgré le soulèvement populaire contre le régime de Maurice YAMEGO, le peuple burkinabé a toujours vécu en parfaite harmonie. Mais la donne a changé avec l’assassinat de notre cher Thomas SANKARA, héros africain. Ainsi, une crise de confiance s’installa entre frères burkinabè..
Après la mort tragique de Norbert ZONGO et ses compagnons, la courbe des crimes est restée toujours croissante jusqu’à la disparition du juge Salifou NEBIE. A partir du 13 décembre 1998, le (...)

Messieurs du MPP, il faut savoir grandir

 mercredi 15 octobre 2014

Gouverner c’est dialoguer, a écrit récemment un de nos philosophes-citoyens. Il a vu juste et c’est peu de dire que son constat consacre, au regard du lien social ou communautaire qu’entretiennent les citoyens burkinabè. Comment sortir de nos conflits inhérents à l’établissement de ce lien et surtout comment réguler les rapports socio-politiques en l’absence d’un ordre qui conforte chacun des citoyens dans ses droits civiques ? D’une part et d’autre part, entendu que Dieu ne descendra pas pour réguler (...)

De la banalité de nos maux au référendum de Compaoré ?

 mardi 14 octobre 2014

Il ne peut y avoir pire ennemi pour l’homme que l’ignorance de sa contribution à l’élaboration du vecteur de sa propre destruction. D’ailleurs ne dit-on pas que le mal doit être traité à la source, mais qu’en est-il quand on ne le discerne plus du bien ? Il devient une banalité. Et une fois banalisé, le mal nous paraît alors la norme.
Ce concept de banalité du mal analysé et démontré par Hannah Arendt tout au long de sa théorie suite au mal extrême et radical que fut le Nazisme, peut s’appliquer à tout mal (...)

Situation nationale : L’Appel à la souveraineté populaire est indépassable

 mardi 14 octobre 2014

Le moment de déposer les arguments finaux est arrivé. Cette arrivée annonce, en démocratie, cette autre qui consiste à soumettre nos différends, nos divergences ou convenances politiques à des règles constitutionnelles. Comme le Président Compaoré vient de le dire à nos compatriotes résidants en République de Chine (Taïwan), pays natal du grand penseur et économiste du développement le Docteur Tsiang, c’est le moment amical et fraternel pour ne pas dire jubilatoire du débat démocratique qui arrive à son (...)

Pages : 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 3600

  Météo
  A la une de la presse
  Caricatures
  PMU'B
PMU'B

TIERCE DU 22/10/2014
16 - 15 - 4 NP : 00

ORD :394 000F
DES :29 500F
C G : 81 500 F
C P A : 18 000F
C P B : 4 500 F
C P C : 3 000F

REPORT ORDRE du 24
24 524 528F

Conseil des Ministres depuis 2004
  Pharmacies de garde
Aéroport de Ouagadougou horaires

Suivez Lefaso.net
sur le WEB


Déjà 30 000 abonnés !

Lefaso.net
sur Facebook


Suivez
@lefaso_net
sur Twitter



LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés