Accueil > Actualités > Opinions

Dernier ajout : 4 août.

Ode au Burkina Faso, « la patrie des Hommes dignes et intègres » : Nous sommes un peuple obsédé par la dignité !

 mardi 4 août 2015

Occupé progressivement entre 1888-1896 et colonisé par la France et après de longues années de luttes, de négociations et de hautes diplomaties, l’acte de naissance de ce qui allait devenir le Burkina Faso a été signé le 19 mars 1919 par le Président de la République française, Raymond Poincaré à travers un décret dont voici le 1er Article : « Les cercles de Gaoua, Bobo-Dioulasso, Dédougou, Ouagadougou, Dori, Say et Fada N’Gourma, faisant partie du Haut-Sénégal et Niger forme une colonie distincte qui porte (...)

Organisation des examens du BEPC et du BAC : Des failles qui menacent la sécurité des examinateurs et la crédibilité des diplômes

 lundi 3 août 2015

Depuis quelques années les enseignants constatent des imperfections dans l’organisation des examens du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) et du Baccalauréat (BAC). Quelles sont ces imperfections ? Quelles conséquences peuvent-elles avoir sur les examinateurs et sur les résultats de ces examens ? Quelles solutions envisager ?
Parmi les failles qui émaillent l’organisation des examens scolaires dans notre pays, il y a d’abord la tendance des directeurs régionaux et du directeur de l’office (...)

Un Américain en Afrique : Des discours sur fond de démagogie et d’hypocrisie

 lundi 3 août 2015

Quels hommes politiques africains (de gauche comme de droite), quels chroniqueurs, éditorialistes d’occident, d’Afrique, observateurs, oseraient analyser le voyage du président des Etats-Unis, sous l’angle de la fourberie politique, comme le ferait le Président du Zimbawé, Robert Mugabe, l’économiste Samir Amin, le journaliste Michel Colon, auteur du célèbre livre ‘’ *Mediamensonges*’’, et d’autres journalistes valeureux de l’ombre qui ne se laissent impressionner par les *‘’mécaniques’’* ?
On se laisse (...)

Article 135 de la loi électorale du 7 avril 2015 modifiant le Code électoral : et si la Cour de Justice de la CEDEAO avait tout ou presque tout faux ?

 samedi 1er août 2015

Le 13 juillet 2015, la Cour de Justice de la CEDEAO rendit sa décision dans l’affaire CDP et al. c. Burkina Faso. Se jugeant compétente pour trancher de l’affaire, la Cour aboutit à la conclusion que « le Code électoral du Burkina Faso, tel que modifié par la loi n° 005-2015/CNT du 7 avril 2015, est une violation du droit de libre participation aux élections, tel que consacré dans de nombreux instruments internationaux », notamment les articles 1er g), 1er i) et 2.3 du Protocole de la CEDEAO sur la (...)

Inscription, vote et abstention : Regard sur un aspect du comportement électoral des burkinabè

 samedi 1er août 2015

En démocratie, le pouvoir appartient au peuple et sa gestion est mise en œuvre dans l’intérêt du peuple, dit-on. De même, c’est le peuple qui, à travers des élections, choisit ses gouvernants. Au Burkina Faso, voter est droit pour tous ceux qui en remplissent les conditions. De ce fait, le citoyen burkinabè peut choisir d’en jouir ou non, contrairement à certains pays où voter est une obligation pour tout électeur potentiel.
Cette réalité électorale burkinabè engendre une diversité de comportement (...)

Politiques, ils sont finis les jours d’autrefois !

 samedi 1er août 2015

Mes chers compatriotes, il n’est pas nécessaire de faire une dissertation pour démontrer les difficultés que traverse la transition. Mais, soyons sans crainte car le propre d’une transition c’est son incertitude : une période de confusion pouvant déboucher soit sur une régression autoritaire soit sur une consolidation de la démocratie. Que la seconde alternative puisse s’appliquer au Burkina Faso, nous n’en doutons pas mais nous avons tout de même un message pour tous ceux qui occupent notre paysage (...)

Transition au Burkina : Entre valse-hésitation, heureuses fautes et leçons venues d’ailleurs

 mercredi 29 juillet 2015

Agathon Rwasa, le leader de l’opposition politique burundaise a pris part, le lundi 27 juillet 2015, à l’ouverture de la première session parlementaire consécutif au scrutin contesté et boycotté par l’ensemble des partis d’opposition, dont le sien. Stupeur générale, incompréhension, indignation et colère tant à Bujumbura que sur les autres collines burundaises et même au-delà.
L’intéressé, interrogé par un média international, a justifié sa présence à cette session de mise en place des organes du parlement (...)

Mise en accusation des dignitaires de l’ancien régime : De l’intention de justice à l’accomplissement d’une vengeance.

 vendredi 24 juillet 2015

Le 16 juillet 2015, les « conseillers transitoires » ont procédé au vote d’une loi portant mise en accusation des dignitaires du régime déchu. Cela au lendemain du verdict de la cour de justice de la CEDEAO. Lequel verdict sanctionnait le nouveau code électoral voté par le même CNT le 07 avril qui visait l’exclusion des dignitaires de l’ancien régime du processus électoral (La loi SY).
En tant que citoyen, je pense qu’il est nécessaire que je dise mon opinion sur cette mise en accusation.
Dans le fond, (...)

Etienne Traoré dit “grand merci” au colonel Barry !

 vendredi 24 juillet 2015

Je viens d’apprendre que vous avez fait les passations de service. Je tiens, au nom des insurgés à vous féliciter très chaleureusement pour votre action conforme à la lettre et à l’esprit de l’insurrection des 30 et 31 Octobre 2014.
Pour une première fois, à l’occasion, je pense que le président Michel Kafando (que je soutiens toujours pour une bonne issue de la Transition) n’a pas seulement commis une grave erreur, mais une faute, en se pliant à la volonté, non pas de l’armée, mais à celle du général (...)

A tous les insurgés du Faso !

 vendredi 24 juillet 2015

Je voudrais dire qu’aucun insurgé, par pure décence morale, ne devrait nourrir la malveillante prétention d’avoir plus de droits, de mérites ou de privilèges que les autres et ce, du fait de sa participation à l’insurrection. Je voudrais dire que si un insurgé peut se prévaloir de sa participation à la lutte pour dire ceci ou cela, faire ceci ou cela, soutenir telle position ou telle autre alors, de la même manière et dans les mêmes proportions, il devrait reconnaître à ses co-insurgés le même droit, y (...)

Le juge de la CEDEAO « peine encore à prendre des marques qui soient compatibles avec le contexte de son intervention », dixit Pr Jean-François AKANDJI-KOMBÉ

 vendredi 24 juillet 2015

Dans la réflexion ci-après, Jean-François AKANDJI-KOMBÉ, Professeur à l’Ecole de Droit de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Président de l’Institut Panafricain d’Action et de Prospective (IpaP), analyse la décision rendue le 13 juillet dernier par la Cour de justice de la CEDEAO relativement au Code électoral burkinabé. Pour lui, si cette décision a le mérite de poser le juge sous régional comme acteur légitime des processus de démocratisation en Afrique, elle montre aussi que ce juge (...)

Dénouement de la crise RSP/Zida : L’analyse de BEMAHOUN Honko Roger Judicaël

 jeudi 23 juillet 2015

Une semaine après son adresse à la nation, le président de la Transition, Michel KAFANDO, s’est de nouveau prononcé sur la situation de la nation le 17 juillet 2015. Quelle lecture suggère ce discours ?
Dans son discours du 10 juillet 2015, le président KAFANDO a, à demi-mots, appelé au secours : « Une chose est claire. Etant le garant de l’unité nationale, j’aurai tout fait pour que la paix soit préservée dans notre pays ». Aussi, cet aveu d’impuissance s’illustre-t-il lorsqu’il souhaite conduire à (...)

Démocratie au Burkina Faso : A quand l’alternance démocratique ?

 mercredi 22 juillet 2015

Depuis neuf mois, l’histoire s’est accélérée avec l’insurrection, la chute de l’ancien régime et la recomposition du paysage politique. A trois mois des prochaines élections présidentielles et législatives, il nous parrait impérieux d’alerter l’opinion nationale sur la confusion savamment entretenue entre les concepts d’alternance et de changement par la classe politique burkinabè à l’orée des élections 2015. Il importe aussi de faire l’état des lieux de leur application et usages par l’insurrection et ce, (...)

Crise au sein des Forces armées nationales : « Le résistant » Zida a eu raison sur l’Armée

 mardi 21 juillet 2015

Çà y est, le chef de l’Etat burkinabè, Michel Kafando a tranché, le jeudi 16 juillet 2015, dans la crise qui oppose le Premier Ministre Yacouba Isaac ZIDA à ses frères d’armes au sens double du terme, le RSP (Régiment de sécurité présidentielle) et l’Armée, en le maintenant à son poste. Il a néanmoins décidé de lui retirer le ministère de la Défense, à son profit.
Dans son adresse à la Nation à cet effet, le Président du Faso justifie ce choix par le fait qu’un chamboulement de l’exécutif à un trimestre des (...)

Quelle révolution pour les Africains ?

 lundi 20 juillet 2015

Je veux bien prendre mon temps et mon énergie, ma salive pour insulter publiquement nos dirigeants, pour affronter des armées, encaisser des coups de matraque, respirer la fumée de bombes lacrymogènes, casser et piller des infrastructures publiques pour défendre les intérêts de mon peuple. Mais est-ce que ce peuple mérite que je fasse un tel sacrifice pour lui ?
Est-ce que ce peuple est prêt à soutenir cette lutte jusqu’au bout quand le robinet va commencer à se fermer ou quand on viendra lui tendre (...)

Lettre aux martyrs de l’insurrection (1/2)

 lundi 20 juillet 2015

Si j’étais Dieu, je ferai reculer le temps pour effacer du cours de l’histoire la date fatidique où votre sang s’est versé sur la terre libre du Burkina Faso qui vous a vus naître. Si j’avais votre bravoure et votre liberté d’expression, je défendrai à visage découvert votre mémoire en démontrant avec précision comment vous avez été manipulés et livrés à la mort violente. Si j’étais poète, j’écrirai une triste complainte pour pleurer vos vies fauchées à la fleur de l’âge, lors des journées lugubres du 30 et (...)

Pr Séni Ouédraogo : « La Cour de justice de la CEDEAO nous a rendu le meilleur service »

 mercredi 15 juillet 2015

Dans l’écrit ci-après, le Pr Séni Ouédraogo donne son avis sur la portée de l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO par rapport au Code électoral burkinabé. Pour lui, la décision offre au gouvernement et au Conseil constitutionnel des options assez claires quant aux conditions de participation aux élections à venir. La Cour a donc, selon lui, « rendu le meilleur service » au Burkina Faso.
Je voudrais me permettre une analyse de la portée juridique de la décision de la Cour de justice de la CEDEAO (...)

Verdict de la Cour de Justice de la CEDEAO : Inéligibilité, oui ; mais pas n’importe comment !

 mercredi 15 juillet 2015

Le verdict de la Cour d justice de la CEDEAO sur le code électoral du Burkina intéresse les observateurs et les spécialistes au-delà de nos frontières. Dans cette analyse, AMADOU ADAMOU Bachirou, doctorant en droit public à l’université de Toulon (France) et qui travaille sur le sujet de la Cour de justice de la CEDEAO et les juridictions constitutionnelles des États membres donne son point de vue. Il estime notamment qu’il « est permis de dénier aux candidats incrédules l’éligibilité à la direction (...)

Sayouba Traoré interpelle les juges de la CEDEAO : Pour réconcilier le droit avec la vérité des faits

 mardi 14 juillet 2015

Mesdames et Messieurs les juristes de la CEDEAO,
Vous avez, semble-t-il, dit le droit. Droit, ça veut dire direct, franc et juste. Et gauche se comprend comme tordu. En métallurgie, gauchir une matière, c’est la tordre dans tous les sens. Sémantique pour sémantique, droit ne veut pas forcément dire juste. Car la lame du sicaire est pointue, aiguisée et va droit dans le forfait. Corollaire : rien ne dit que le droit c’est la vérité.
A quoi sert un juge incapable d’énoncer le vrai ? Qu’importe la (...)

Crise RSP/Zida : la solution de « la solution finale » par des élections anticipées

 mardi 14 juillet 2015

Ce qui est prioritaire dans le règlement de la crise qui prévaut, c’est que tous les acteurs doivent adopter des stratégies de lutte qui préservent la date du 11 octobre 2015 pour la tenue d’élections libres, transparentes, apaisées, avec une forte participation. Aussi, une chose est claire ! Au bout d’un an, c’est-à-dire en novembre 2015, la Charte devient désuète, et ce sera le « Terminus » !
Chacun doit se rassurer d’une chose : au bout de ce temps, tous les mandats sont périmés dans les organes de (...)

Pages : 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 4000

  Météo
Météo Ouagadougou
  A la une de la presse
  Caricatures
  PMU'B
PMU'B

« QUARTE » DU 03/08/2015

6 - 9- 14 - 15 NP : 00

ORD :1 421 000F
DES :118 000F
C G : 23 500F
C P A :5 500F
C P B : 8 500F
C P C : 3 000F

Report Ordre 4+1 du 07 aout
25 554 968 F

Conseil des Ministres depuis 2004
  Pharmacies de garde
Aéroport de Ouagadougou horaires

Suivez Lefaso.net
sur le WEB


Déjà 30 000 abonnés !

Lefaso.net
sur Facebook


Suivez
@lefaso_net
sur Twitter


Disponible sur Google Play Disponible sur App Store

LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés