Festival de photojournalisme de Ouagadougou : Donner à la photographie de presse toute sa place

mercredi 19 février 2014

La première édition du Festival de photojournalisme de Ouagadougou (FESPHO) se tiendra du 25 au 27 février 2014. Organisé par le groupe Le Décentreur, les activités se dérouleront à l’Institut français du Burkina. Ce festival entend donner à la photographie de presse toute sa place au sein de la profession de journalisme.

Réagissez à cet article Réagissez
Festival de photojournalisme de Ouagadougou : Donner à la photographie de presse toute sa place

Si la mission sociale du journaliste a toujours été posée comme une question fondamentale, celle du photographe de presse a souvent été occultée. Pourtant, un article, même bien rédigé, perd de sa qualité si la photo qui l’accompagne est de mauvaise qualité ou moins expressive. D’ailleurs, ne dit-on pas qu’une image vaut mille mots ? Mais, malgré cette importance, le photojournalisme a du mal à occuper sa place dans les organes de presse, au Burkina.

Le Festival de photojournalisme de Ouagadougou (FESPHO) se donne donc pour objectifs de : placer le photojournaliste au cœur de la pratique journalistique ; renforcer sans cesse la capacité des photographes de presse à la bonne pratique journalistique ; mettre en lumière le travail des photographes de presse du Burkina Faso et d’ailleurs. Car, «  Le photographe de presse fait ses photos pour les diffuser, au même titre que le journaliste va sur le terrain, écrit des articles pour les diffuser. Et, l’article du journaliste est diffusé avec la photo du photographe, donc ils sont sur le même pied d’égalité en matière de mission sociale qui régit le corps de la profession journalistique  », soutient Moussa Sawadogo, le délégué général du FESPHO. C’est dire que les photojournalistes sont soumis aux mêmes exigences déontologiques et éthiques que les rédacteurs.

Un appareil photo professionnel pour le lauréat

Ce festival est donc né pour donner au photographe de presse toute sa place au sein de la profession journalistique. Les activités prévues pour cette première édition sont : des expositions de photos de presse ; la remise du prix FESPHO 2014 (un concours pour désigner les 3 meilleures photographes de presse du Burkina) ; des débats, des master-class et des échanges sur les missions du métier de photojournalisme. Aussi, un panel sur « les photographes de presse et les mouvements sociopolitiques au Burkina depuis 2011 » permettra de réfléchir et analyser le travail fait par ceux-ci durant cette période chaude de notre pays. Au nombre des panélistes, on note des enseignants-chercheurs de l’Université de Ouagadougou, des journalistes et des photographes professionnels.

Le prix du FESPHO 2014 est composé de trois prix : un appareil photo professionnel pour le premier et des tablettes comme 2e et 3e prix.

Prévue du 25 au 27 février 2014, la première édition du FESPHO est parrainée par la présidente du Conseil supérieur de la communication, Béatrice Damiba. La première édition est organisée entièrement financé sur fond propre des initiateurs.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés