L’avocat Jacques Vergès est mort à 88 ans

jeudi 15 août 2013

Jacques Vergès, un des avocats les plus controversés et redoutés du barreau de Paris, est mort jeudi à Paris à l’âge de 88 ans de causes naturelles, a-t-on appris auprès du Conseil national des barreaux (CNB).

Réagissez à cet article Réagissez
L’avocat Jacques Vergès est mort à 88 ans

"Il est mort il y a environ 2H30. J’ai été prévenu par ses proches", a dit à l’AFP vers 23H15 le président du CNB, Christian Charrière-Bournazel, qui n’a pas précisé les circonstances de sa mort.

Me Charrière-Bournazel a raconté avoir dîné avec Me Vergès "il y a une dizaine de jours". "Il avait fait une chute il y a quelques mois, et du coup il était très amaigri, marchait très lentement. Il avait des difficultés à parler mais intellectuellement il était intact. On savait que c’était ses derniers jours mais on ne pensait pas que ça viendrait aussi vite", a-t-il dit.

Il a rendu hommage à Me Vergès, "un très brillant avocat, avec une grande culture (...), très courageux et très indépendant", mais aussi "très narcissique", un "provocateur" qu’il avait affronté au côté des parties civiles lors du procès de Klaus Barbie que défendait Me Vergès.

"Ce qu’on peut retenir de Jacques Vergès, c’est à la fois le talent, le courage, l’engagement et le sens de la contradiction avec un respect de l’autre. Un avocat, ce n’est pas un mercenaire, c’est un chevalier, et Jacques Vergès était un chevalier", a-t-il résumé.

Né le 5 mars 1925 - mais un an plus tôt selon un biographe - dans l’actuelle Thaïlande (à Ubon Ratchathani), d’un père français de la Réunion et d’une mère vietnamienne, morte lorqu’il avait trois ans, Jacques Vergès a été à la pointe des luttes anti-colonialistes.

Prenant pour cibles l’Etat, la société ou la Justice pour défendre une cause autant qu’un client, cet avocat médiatique et narcissique, fin lettré, petit et rond, aimait provoquer et déstabiliser.

La liste de ses clients était impressionnante. Il a notamment défendu le nazi Klaus Barbie, le "révolutionnaire" Carlos ou le khmer rouge Khieu Samphan, mais aussi les membres des mouvements d’extrême-gauche européens (Fraction armée rouge, Action directe), les activistes libanais Georges Ibrahim Abdallah et Anis Naccache, le dictateur serbe Slobodan Milosevic, des dirigeants africains, etc.

AFP

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés