Retour au format normal
lefaso.net

Barrages Mondial 2014 : les Etalons font un pas de plus vers la qualification

dimanche 13 octobre 2013.

 

Les Etalons du Burkina ont battu, 3-2, les Fennecs d’Algérie en match aller des barrages de la Coupe du monde, Brésil 2014. Avec un Jonathan Pitroipa très en forme, les Burkinabè ont démontré une fois de plus leur suprématie sur des équipes africaines, quoi que cette victoire laisse un goût d’inachevé. Le retour est prévu pour le 19 novembre 2013 à Blida.

Jamais on ne les avait déjà vus aussi fébriles. Mais c’était le cas face à l’Algérie dans la cuvette du Stade du 4 Août devant un public qui avait pris d’assaut les lieux. Les Etalons, version CAN 2013, ont eu toutes les difficultés du monde pour arracher la victoire devant les Fennecs.

Dès le coup d’envoi de la rencontre, tout semblait déjà jouer contre l’équipe nationale du Burkina. Bien qu’ayant bénéficié de la 1re remise en jeu de la partie, les hommes de Paul Put perdent à la 5e minute le maître de leur défense, Bakary Koné, qui a quitté le terrain sur une blessure à la jambe droite. Cette sortie désempare les joueurs burkinabè qui se ne sont plus retrouvés jusqu’à la fin du match. Steeve Yago, sociétaire du club français de Toulouse, fait son entrée à la défense. Il se défend comme il peut face à une attaque algérienne très rapide et mieux organisée.

Les Etalons à la recherche de leurs marques

On joue la 10e minute et les Etalons cherchent toujours leurs marques. Sur une faute commise sur Péjuce Nacoulma à l’entrée de la surface de réparation algérienne, Aristide Bancé manque de peu la case du portier Adi R.C Adrien Mbolhi. Mais l’attaque burkinabè qui bénéficie du dynamisme et de la détermination de son feu follet, Jonathan Pitroipa, pousse. La défense algérienne résiste. Après 20 minutes de jeu, les Etalons servent au public un jeu décousu. Le milieu tenu par le capitaine Charles Kaboré et Djakaridja Koné est débordé de toute part, la défense, désormais tenue par Paul Koulibaly, Steeve Yago, Jean Noël Lingani à gauche et Mohamed Koffi à droite, se mélange les pédales. Dans ce jeu, le même Jonathan Pitroipa réussit à offrir à la 41e minute, un pénalty à son équipe. Mais Aristide Bancé, au plus bas de sa forme, voit son ballon repoussé par le portier algérien qui tire son équipe d’affaires. Le sort semble s’acharner contre les Etalons devant leur public. Toujours déterminé à délivrer les supporters, Jonathan Pitroipa, reprenant de la tête un ballon envoyé par Jean Noël Lingani, bat d’Adi R.C Adrien Mbolhi, à la 46e minute. La pause intervient sur ce score de 1 but à 0.

De retour des vestiaires, les Etalons rentrent difficilement dans le match. Et à la 49e minute, l’Algérie revient au score. Les Burkinabè ont à nouveau du pain sur la planche. Ils poussent, l’Algérie résiste. Mais à la 64e minute, parti sur le flanc gauche, Djakaridja Koné bat, de l’intérieur du pied, le portier algérien. Le tableau affiche désormais 2-1 en faveur du Burkina. C’était sans compter avec la témérité des Fennecs. Sur un corner, les Algériens rétablissent à nouveau la parité au score, 2-2.

Défaite consommée pour les Fennecs

A la 77e minute, Mohamed Koffi, blessé, cède sa place à Bertrand Traoré. Jonathan Zongo, ailier droit occupe désormais le poste de latéral laissé par Mohamed Koffi. Bertrand Traoré se charge désormais des actions offensives. A la 82e minute, il voit sa frappe repoussée de la main par un défenseur algérien. L’arbitre zambien siffle le pénalty. Aristide Bancé prend son élan et envoie la balle, cette fois, au fond des filets d’Adi R.C Adrien Mbolhi. Le Burkina mène désormais par 3 buts à 2. Les Algériens s’affolent. Leur coach, Vahid Halilhodzic ne tient plus sur le banc. Il proteste contre les décisions de l’arbitre mais rien n’y fit. La défaite est déjà consommée puisque le coup de sifflet final intervient sur ce score.

Les Etalons sont victorieux mais cette victoire à un goût d’inachevé. Des joueurs méconnaissables, un jeu décousu. Pour Paul Put, la sortie de Bakary Koné a joué sur l’équipe. « Les joueurs ont omis certaines consignes au départ. Nous avions demandé de ne pas jouer les longues balles. Mais ce que les joueurs ont fait durant les 20 premières minutes avant de se ressaisir », a indiqué l’entraineur des Etalons. Du côté de l’Algérie, « il n’y a rien à reprocher aux joueurs. Ils ont été parfaits. Mais comme vous le savez, il est difficile de jouer à l’étranger surtout en Afrique. Nous en sommes conscients », a indiqué l’entraineur adjoint des Fennecs, Noureddine Kourichi. Son mentor, Vahid Halilhodzic, ayant refusé de venir à la conférence de presse d’après-match.

Le retour est prévu pour se jouer le 19 novembre 2013 à Blida, en Algérie. Mais déjà, les supporters burkinabè s’inquiètent des conditions qu’ils vivront. Et à Noureddine Kourichi de tenter de les rassurer : « l’Algérie est un pays qui sait accueillir. Nous savons quoi faire pour gagner le match retour ». Bien malin qui saura dire le vrai sens de ces propos.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net