Retour au format normal
lefaso.net

Ecrivez-nous

dimanche 19 octobre 2003.

 

Contacter la rédaction :
Sis Avenue Yatenga, face à la gare routière de Tampouy (Route de Ouahigouya)

Mail : contact (at) lefaso.net
Tel : (226) 50352079 (226) 70740751

Contacter le service technique : Abdel-Azize OUEDRAOGO




Messages

  • Bonjour Monsieur le Directeur de lefaso.net,

    Juste un cri de cœur que je voudrais adresser à Monsieur le Ministre de la défense
    Le concours du PMK session 2014 a été ouvert, et sauf erreur de ma part le dépôt des dossiers débute ce jour 30 juin 2014 et ce jusqu’au 11 juillet 2014.
    La session a connu une innovation dans les conditions de candidature.
    En effet, s’il faut saluer cette innovation en ce qu"elle permet de regrouper au sein de cette prestigieuse école des Burkinabé de toutes les régions, il faut regretter cette grave insuffisance portant sur’’ une catégorie de Burkinabé’’.
    Il s’agit de ceux ayant pas fréquenté au cours de l’année scolaire 2013 2014 une école en dehors du territoire national. Ces jeunes Burkinabé ( enfants de diplomate, fonctionnaires internationaux, Burkinabé de la diaspora...) sont purement et simplement exclus de la candidature aux concours.
    Cette discrimination pose des interrogations majeures. Cette ’’catégorie de Burkinabé ’’ jouis t ’elle des mêmes droits que les autres ? Si oui pourquoi alors les avoir exclus. ou encore, le fait de fréquenter une école en dehors du territoire national les rend moins compétents que les autres ? Une suspicion sur leur loyauté est -elle ici mise en exergue ?
    Monsieur le Ministre de défense, je regrette qu’une telle discrimination soit cautionné par le garant de notre constitution . Je souhaite qu’une solution soit trouvée afin de permettre à tous burkinabé de jouir des mêmes droits en leur permettant de prendre part à ce concours.

  • Burkina Faso pays des Hommes intègres entre lutte anti-tabac et prolifération d’unités de fabrique de cigarettes ; quelle logique de développement humain durable ?

    Pas très longtemps je voyais des élus siéger à l’Assemblée Nationale pour accoucher un texte anti-tabac dans les lieux publics. Trois ou quatre moins plus tard, j’entendais un communiqué administratif annoncer une enquête ‘comodo incomodo ’ dans la capitale de l’Oubritenga sur une éventuelle implantation d’unité de fabrique de cigarette à Sâ. Est-ce une insulte à l’élite nationale ayant voté à la majorité la loi anti-tabac dans les lieux publics ? Ou une mauvaise volonté manifeste de tirer vers le bas les efforts des fils et filles de l’Oubritenga en matière de développement humain durable à travers le CICO aux nobles idées de développement ? Faut-il laisser implanter de telles unités ‘vraie-machines’ à tuer de la jeunesse et ensuite augmenter les taxes à 50% sur le tabac pour développer le pays pour qui ?, puisque le tabac aura déjà décimé beaucoup. Regardez autour de vous malgré le vote de la loi ‘anti-tabac’ comment ces jeunes dans certaines gares (routières ou ferroviaire), certaines grandes écoles et autres lieux où à peines on ne veut vous brûler avec la cigarette. Alors à nos marques pour plus de réflexions sur la question du tabac.
    Tr Youthurbain

  • Burkina Faso pays des Hommes intègres entre lutte anti-tabac et prolifération d’unités de fabrique de cigarettes ; quelle logique de développement humain durable ?

    Pas très longtemps je voyais des élus siéger à l’Assemblée Nationale pour accoucher un texte anti-tabac dans les lieux publics. Trois ou quatre moins plus tard, j’entendais un communiqué administratif annoncer une enquête ‘comodo incomodo ’ dans la capitale de l’Oubritenga sur une éventuelle implantation d’unité de fabrique de cigarette à Sâ. Est-ce une insulte à l’élite nationale ayant voté à la majorité la loi anti-tabac dans les lieux publics ? Ou une mauvaise volonté manifeste de tirer vers le bas les efforts des fils et filles de l’Oubritenga en matière de développement humain durable à travers le CICO aux nobles idées de développement ? Faut-il laisser implanter de telles unités ‘vraie-machines’ à tuer de la jeunesse et ensuite augmenter les taxes à 50% sur le tabac pour développer le pays pour qui ?, puisque le tabac aura déjà décimé beaucoup. Regardez autour de vous malgré le vote de la loi ‘anti-tabac’ comment ces jeunes dans certaines gares (routières ou ferroviaire), certaines grandes écoles et autres lieux où à peines on ne veut vous brûler avec la cigarette. Alors à nos marques pour plus de réflexions sur la question du tabac.
    Tr Youthurbain

  • Decouverte ce jour d’un reseau parallèle de vente de vaccins au niveau du service d’hygiène de ouaga. Ce constat concerne l’équipe du 21 juillet ki récupèrent les reçus non remis aux honnêtes clients pour justifier la vente de vaccins directement encaissé dans leur poches. Dans d’autres cas, ils remetent les copies des recus aux client pour disposer plus tard des vrais recu originaux. Dans certains cas, ils affirment k les produits ont ete pris avec dpbf et kil n’ya pas de recu.
    messieurs les responsables du service d’hygienne je vous prie d’investiguer rapidement dans ce sens en vu de demanteler ce reseau de femmes sans foi ni loi.

  • SCANDALE A DAKOLA
    Les transporteurs routier menassent de casser les barrieres.
    Cella depuis dimanche 20 juillet que la frontiere entre le Burkina Faso et le Ghana est fermee aux transporteurs routier, importateur de vehicules d’occasion et autres. Pour cause cellon le responsable du bureau de douane un probleme de connection. A l’heure ou je vous ecris plus de 300 vehicules attendent que le probleme soit resolut. Selon le Chef de Bureau ils attendent qu’un service de l’ONATEL arrive de Ouagadougou et avec des cables pour restaurer la connection. Pour parrer a la colere de ces transporteurs routier il a due faire recours a la Gendarmerie qui est arrive sur les lieux et lui meme a abandonner son bureau.
    Nous le porton a votre connaissance afain que vous attirier l’attention des autourites avant que les choses ne degenere autrement car parmi les marchandises tranportee nous pouvons citer des produits inflamable et perissable

  • SCANDALE A DAKOLA
    Les transporteurs routier menassent de casser les barrieres.
    Cella depuis dimanche 20 juillet que la frontiere entre le Burkina Faso et le Ghana est fermee aux transporteurs routier, importateur de vehicules d’occasion et autres. Pour cause cellon le responsable du bureau de douane un probleme de connection. A l’heure ou je vous ecris plus de 300 vehicules attendent que le probleme soit resolut. Selon le Chef de Bureau ils attendent qu’un service de l’ONATEL arrive de Ouagadougou et avec des cables pour restaurer la connection. Pour parrer a la colere de ces transporteurs routier il a due faire recours a la Gendarmerie qui est arrive sur les lieux et lui meme a abandonner son bureau.
    Nous le porton a votre connaissance afain que vous attirier l’attention des autourites avant que les choses ne degenere autrement car parmi les marchandises tranportee nous pouvons citer des produits inflamable et perissable.

  • Bejot,tout cela pour nous parler de l’effacité de la cellule de crise mise en place par Blaise. M. Bejot, la cellule a été efficace. Mais il ne pouvait en être autrement. Tout gouvernement normal, aurait entrepris une telle démarche. Le Burkina disposant les dernières informations sur le parcours de l’avion, était déjà en avance sur tous les pays concernés. Bejot, si tu veux finir par étaler une fois de plus la médiocrité des services maliens et des maliens, car c’est de cela qu’il doit s’agir, c’est du déjà entendu. Mais je te rappelle que tout ce que toi et autres associés ont entrepris contre le Mali finiront par échouer. Comme le dit Magic système dans une de ses chansons, si tu tapes dans mon dos, je vais taper dans ton ventre. Je ne parle pas du ventre des burkinabè, car je ne m’imagine pas et je n’en suis pas capable, je parle plutôt du ventre de l’association des criminels qui existe en Afrique de l’Ouest depuis la guerre du Libéria. Bejot, ces articles semblent être les derniers pour toi, car les burkinabè sont décidés à bouter ton mentor. Cela se voit à travers ton manque d’inspiration. Pour revenir au crash, j’informe l’opinion publique burkinabe qu’en réalité le Gouvernement malien n’a rien entrepris pour empêcher le déroulement normal de la recherche de l’épave sur son sol et encore mieux ne voyait aucune utilité d’être en concurrence avec le Burkina qui disposait déjà les éléments importants pour localiser la zone du crash. Pour cause, c’est le gouvernement malien qui autorisé l’équipe de recherche du Burkina à survoler son territoire. Certains se bornent à ironiser IBK comme quoi il a donné des infos erronées sur le lieu du crash. IBK lui même n’a pas manqué d’ironiser les ironies. Voilà ce qui s’est réellement passé ce jour là. IBK rassuré que de l’autre côté les burkinabè sont le terrain, s’est consacré à rencontrer les forces vives maliennes, comme elles l’avaient exigé, sur la rencontre d’Alger entre le Gouvernement du Mali et les groupes armés. C’est lors de cette rencontre que, l’actualité obligeant, il a dit : "selon des informations l’épave de l’avion a été trouvée à Aguel Hoc, vers la frontière algérienne". Cette déclaration a été reprise par l’agence REUTERS et par beaucoup de medias du monde. Mais le hic est qu’elle n’a pas été traitée. Ce qui est rare au niveau de cette agence qui est réputée être fiable. Mais dans cette affaire, ce qui nous reste à faire, c’est de prier pour le repos l’âme des disparus. Amen !