SONATUR : Promouvoir l’habit traditionnel

jeudi 28 juillet 2005

La Société nationale d’aménagement des terrains urbains (SONATUR) a organisé, le lundi 25 juillet 2005, dans ses locaux, à Ouagadougou, une Journée de l’habit traditionnel. Une opportunité pour les agents de cette structure d’apporter leur soutien à la filière coton et de promouvoir les valeurs culturelles burkinabè et africaines en général.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

"La terre est un élément important dans notre culture. Nos ancêtres ont d’ailleurs toujours été très attachés à leurs terres. Nous, nous prolongeons cet attachement dans la mesure où nous nous occupons de terrains, même s’ils sont viabilisés.

Pour rester dans cet esprit, nous avons choisi de promouvoir les autres valeurs de notre tradition qui concourrent au renforcement de notre identité à l’instar de la terre. C’est pour cela que nous avons initié cette Journée de l’habit traditionnel qui est un puissant facteur de promotion culturelle sans oublier que le coton est pourvoyeur de devises pour notre pays". Ces propos du directeur général de la SONATUR, Marcel Zongo ne traduisent pas moins un constat : le désintérêt de ses agents pour l’habit traditionnel.

"Il y avait beaucoup de costumes cravates dans les bureaux", reconnaît Ousmane Bembamba, directeur technique de la SONATUR. "C’est malheureusement le même constat chez les Africains en général et les Burkinabè en particulier" renchérit Marcel Zongo. "Il fallait faire quelque chose" ajoute t-il.

Ce qui fut fait lundi dernier. Les agents ont adhéré à l’esprit de la journée. Certains y ont même ajouté une touche supplémentaire pour faire plus "traditionnel" que les autres avec en plus la bonne humeur.

"Je pense que l’organisation de cette journée est une bonne chose. Je porte rarement le pagne. Cette journée m’a rappelé cette réalité et surtout la nécessité de protéger cette valeur culturelle" confie Mme Micheline Compaoré. Elle avoue toutefois : "je ne suis pas à l’aise dans cette tenue mais je crois pouvoir me réadapter. Je suis contente...".

Au-delà de l’habit traditionnel, la journée aura rapproché davantage les agents de la SONATUR qui se sentent prêts à devenir les ambassadeurs de l’habit traditionnel et pourquoi pas du coton africain. D’aucuns promettent de porter désormais au moins tous les lundis un habit traditionnel. "Nous pensons, au vu de l’engouement des agents, pérenniser cette initiative qui contribue à ancrer l’intérêt de la culture burkinabè dans l’esprit des agents et dans l’imaginaire populaire" avance Marcel Zongo. La SONATUR aura en tout cas montré la voie, le temps d’une journée. La balle est dans le camps de tous les Burkinabè surtout en cette période de bataille contre les subventions aux cotonculteurs occidentaux.

Victorien A. SAWADOGO (visaw@yahoo.fr)
Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés