Vrai ou faux : Des « tracts » dans des églises ?

jeudi 15 août 2013

La déclaration des évêques du Burkina sur la mise en place du Sénat se distribuerait comme de petits pains dans des églises aux fidèles. A qui, on demanderait d’aller défendre la position de l’église sur cette épineuse question qui divise la classe politique burkinabè et l’ensemble des Burkinabè d’ailleurs.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Mais où et contre qui ces fidèles iront-ils défendre cette position ? Se demande-t-on dans certains milieux. S’il est avéré que cela se passe dans des églises, il faut croire que le débat politicien a dépassé son milieu. Heureusement que du côté de l’église, il y a de la retenue et le discernement.

Des moustiquaires incomplètes et en retard

Les Bobolais sont entrés en possession des moustiquaires imprégnées que l’Etat leur a promises pour lutter contre les moustiques et par ricochet contre le paludisme qui sévit généralement en période de saison des pluies. Mais, là où beaucoup n’ont rien compris, c’est quand ils n’ont pas bénéficié de l’ensemble des moustiquaires qui devaient leur revenir. Par exemple, tous ceux qui devaient avoir quatre ou trois moustiquaires n’ont eu que deux. Si bien que dans certaines concessions, le chef de famille, quand il le peut a été obligé de trouver d’autres moustiquaires pour protéger tout le monde. Au cas contraire, il se prive lui-même. Ce qui est bien mais qui n’est pas arrivé. Le communiqué radiodiffusé qui est passé sur les ondes de radios avant la distribution n’avait pas, lui non plus, donné plus d’explications.

Suis au garde-à-vous, « Mon général 4**** »

L’ex-capitaine et putschiste malien du 22 mars 2012, Haya Sanogo est devenu depuis le mercredi 14 août 2013, « Général 4 étoiles ». Par la grâce de Dioncounda Traoré, président intérimaire du Mali. Un acte que très peu d’observateurs comprennent. Et pourtant ! Et pourtant, il se justifie très aisément. Car, n’eût été ce coup d’Etat, Dioncounda Traoré ne serait pas devenu président de la République du Mali, même par intérim et n’aurait pas séjourné une seule nuit à Koulouba. Quand bien même Haya Sanogo l’avait fait bastonner par des éléments civils incontrôlés au cours d’une manifestation à Bamako, Dioncounda Traoré en a gardé un bon souvenir.
Haya Sanogo peut bien arborer fièrement ses « quatre étoiles », n’en déplaise à ses contempteurs qui voudraient le voir ailleurs en train de s’expliquer puisque le coup d’Etat au Mali a fait des morts, endeuillé donc des familles.

Descente policière à la Radio Pulsar

La soirée du mardi 13 Août 2013, a été très chaude, à la Radio Pulsar. En effet la police a fait une descente musclée chez nos confrères. Arrivé aux environs de 17 heures, ils sont directement montés à la radio pour arrêter un suspect. Après des explications avec le rédacteur en chef de cette radio, tout est ensuite rentré dans l’ordre. Selon le témoignage d’un confrère de cette radio, un individu aurait appelé la police pour leur annoncer qu’après le procès des étudiants, un individu allait faire une annonce pour inciter les étudiants sortir faire des casses partout et à bruler les véhicules. L’information a été erronée puis qu’après l’appel, la police note qu’elle n’a plus eu l’opportunité de joindre l’intéressé. Fausse alerte mais la police aurait vérifié l’information avant de faire une descente chez nos confrère.

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés