Reboisement tous azimuts au Faso : Attention aux opérations de blanchiment !

dimanche 11 août 2013

Ces temps-ci, s’il y a un domaine dans lequel la citoyenneté de bon nombre d’organisations ou de Burkinabè semble le plus s’exprimer, et même de façon ostentatoire, c’est bien celui de la plantation de plants d’arbres : Structures étatiques, associations, organisations de la société civile, sociétés minières, leaders, bref, les acteurs sont de plus en plus nombreux à occuper le terrain ; chacun y allant de son initiative.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Reboisement tous azimuts au Faso : Attention aux opérations de blanchiment !

Ainsi pour la campagne de reforestation 2012 au Burkina Faso, ce sont au total 7 millions de plants qui ont été mis en terre sur une superficie estimée à 9 325 ha. Ces chiffres ont été livrés au cours d’un atelier bilan tenu le 21 juin 2013 à Ouagadougou. Cette année encore, les différents acteurs vont certainement en faire autant, sinon plus.

A priori, l’on ne peut, dans un pays comme le Faso en proie depuis des décennies à une désertification inquiétante, que se féliciter de ces opérations de reboisement tous azimuts. Mais, le problème, c’est qu’une bonne partie des plants mis en terre périssent généralement avant même la saison pluvieuse suivante, faute d’entretien adéquats des plants. Et quand les phénomènes de divagation des animaux et des feux s’en mêlent, le désastre n’est pas loin. Mais, au-delà de ces facteurs qui limitent l’impact des opérations de reboisement sur le terrain, il faut ajouter aussi le problème de sincérité de certains acteurs.

L’écocitoyenneté, un comportement quotidien

La plantation d’arbres est loin d’être une opération mécanique, surtout dans un pays peu arrosé comme le nôtre. Il ne suffit pas de planter le plant pour qu’il survive. Un travail de suivi et d’entretien est nécessaire sur plusieurs mois, sur plusieurs années.
Malheureusement, peu d’initiateurs intègrent cette donnée élémentaire dans leur démarche. Généralement, ce qui intéresse la plupart d’entre eux, ce sont les actions d’éclat destinées à amuser la galerie et à faire croire à l’opinion qu’ils sont éco-citoyens. L’écocitoyenneté n’est pas une action ponctuelle, encore moins un mot, mais un comportement au quotidien en faveur de la protection de l’environnement.

Cette attitude incompréhensible de certains organisateurs de campagnes de reboisement, le ministre de l’Environnement et du Développement durable l’a relevée à sa façon lors de l’atelier du 21 juin dernier. « Je me suis rendu compte que les opérations de reboisement constituaient souvent du folklore et de la comédie (…) Depuis plusieurs années nous plantons des millions de plans avec des taux de réussite maigres », a-t-il noté à juste titre.

Et d’ajouter : « Nous allons quitter le stade de la quantité et nous concentrer désormais sur la qualité. Pour planter il y a des règles à respecter ». Vivement que la rigueur soit respectée dans ces opérations de reboisement qui, chez certains s’apparentent visiblement à des actions de blanchiment écologique ! Car, ce n’est que de cette façon que l’on pourra véritablement freiner un tant soit peu l’avancée du désert dans notre pays.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés