Sécurité urbaine : Ouagadougou évalue son ‘’PCRSU’’

vendredi 9 août 2013

La sécurité constitue un volet important dans la gouvernance publique. En particulier dans les zones urbaines ou les défis sont nombreux, au contraire des moyens qui eux, sont le plus souvent limités. Mis en place en 2009 grâce au soutien du Système des nations Unies, le Programme conjoint de Renforcement de la sécurité urbaine (PCRSU) dans la ville de Ouagadougou achève sa phase pilote en 2013. L’occasion de faire un bilan d’étape sur les résultats obtenus. Mais également de voir le travail qui reste encore à faire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
                       Sécurité urbaine : Ouagadougou évalue son ‘’PCRSU’’

Ouagadougou affiche à l’heure actuelle à son compteur démographique, près de 2 millions d’habitants. Comme on peut aisément s’en douter, cela ne va pas sans créer de nombreux soucis, sur le plan de la sécurité. Surtout au regard du fait que la ville continue de s’étirer en longueur.

Dans ce sens, la création et la mise en mode essai du PCRSU s’est présentée aux autorités communales comme un véritable outil d’aide à la décision ; il s’est affirmé, selon les bénéficiaires, dans toute son actualité et sa pertinence.

Police municipale renforcée

Du côté de la Police municipale de Ouagadougou par exemple, l’on ne cache pas sa satisfaction. Et pour cause les acquis engrangés en quatre années sont notables. Ils vont du renforcement des capacités à la dotation en moyens matériels et logistiques en passant par la création de nouvelles entités.

C’est le cas du service des volontaires communaux pour la sécurité routière (VCSR). Ou encore l’Observatoire de sécurité de la commune de Ouagadougou et l’unité de femmes et Mineurs (UFM).

Evaluer les rapports des consultants

Plusieurs consultants ont été commis à la réalisation d’études spécifiques. Elles concernent les unités spécialisées du projet : A savoir, l’unité des femmes et Mineurs, l’Observatoire de la commune de Ouagadougou, le poste de commandement Radio, les unités mobiles véhiculées et cyclistes (UMV et UMC) ainsi que le service des Volontaires Communaux pour la sécurité routière(VCSR).

Chacune des équipes de consultants, constituées de personnes physiques ou de cabinets d’études, rendra son rapport qui sera évalué les 13 et 14 août 2013 dans le cadre d’un atelier bilan.

Avec l’espoir que les résultats engrangés durant cette phase pilote contribueront à entrer dans une nouvelle phase de mise en œuvre. Et pourquoi pas à envisager d’élargir l’expérience à d’autres entités communales.

Juvénal Somé

Lefaso.net

Imprimer l'article

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés