Commémoration de l’Indépendance des Etats-Unis à Ouaga : L’Ambassadeur Thomas Dougherty persuadé de la capacité du Burkina à relever ses défis

jeudi 4 juillet 2013

Ce mercredi, l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique sise à Ouaga 2000 a encore drainé du monde, comme c’est souvent le cas à chaque 3 juillet, veille de l’anniversaire de l’Indépendance de la première puissance mondiale (que sont les USA). 1776 – 2013 : cela fait en effet 237 ans que les Etats-Unis d’Amérique ont accédé à la souveraineté internationale.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Commémoration de l’Indépendance des Etats-Unis à Ouaga : L’Ambassadeur Thomas Dougherty persuadé de la capacité du Burkina à relever ses défis

Pour commémorer l’événement à Ouaga, l’Ambassadeur Thomas Dougherty a donc consacré à la tradition en organisant, ce 3 juillet 2013, une réception à l’ambassade.

Invités d’horizons divers

Les participants de la cérémonie (Burkinabè ou non) sont venus de divers horizons : secteur public, secteur privé, société civile, milieux diplomatique, religieux et traditionnel, etc.

La délégation gouvernementale était conduite par le ministre d’Etat chargé des réformes politiques, Dr Arsène Bongnessan Yé.

Dans le milieu diplomatique, l’on notait entre autres la présence de l’Ambassadeur de France, Emmanuel Beth, de celui de la Côte d’Ivoire, Abdou Touré, du Canada, Ivans Roberts, ou le Chargé d’Affaires du Luxembourg, Georges Ternes.

Etaient également présents, le Larlé Naba Tigré, l’ancien maire de Ouaga, Simon Compaoré, et l’ex-ambassadeur du Burkina à Washington, Paramanga Ernest Yonli.

Liberté et Démocratie toujours chères aux Américains

Après la montée des couleurs par des éléments du Corps des Marines, un spectacle musical fort impressionnant et l’exécution des hymnes nationaux, place a été faite au discours de l’Ambassadeur Thomas Dougherty.

Le 4 juillet n’est pas seulement consacré, à ses dires, aux manifestations de réjouissance. Cette date pour les Américains, dit-il, est une occasion de réfléchir sur les libertés politiques et économiques héritées afin de « protéger et préserver » leur droit de vivre en tant que peuple libre et démocratique. Des valeurs que partage également le peuple burkinabè, selon le diplomate américain.

Adieux aux partenaires du Burkina

La présente cérémonie revêtait aussi une importance pour l’Ambassadeur Dougherty qui est en fin de mission. En effet après trois ans de service, il s’apprête à quitter le Burkina. Occasion pour lui d’exprimer tous ses sentiments de satisfaction par rapport au séjour passé au Faso : « Il me serait impossible d’imaginer un autre poste diplomatique qui me donnerait autant de satisfaction que celui dans lequel j’ai eu le privilège de servir au cours de ces trois dernières ».

« Le Burkina Faso restera à jamais gravé dans ma mémoire », ajoutera-t-il.

Vœux de l’Ambassadeur pour le Faso

Au moment où il s’apprête à quitter notre pays, Thomas Dougherty a émis un certain nombre de vœux pour le Burkina. Fort de ses trois ans passés au Faso, l’ambassadeur en fin de mission se dit persuadé des capacités du pays à relever les défis que posent ses vœux.

Les vœux du diplomate américain ont été ainsi formulés :
- Que le Burkina conserve précieusement la stabilité qui est sienne depuis plus de deux décennies.
- Qu’il reste un havre de tolérance, de dialogue et de paix.
- Qu’il maintienne ce rôle admirable de médiateur régional et de sage sur le continent.
- Que l’ensemble des Burkinabè – membres du gouvernement, société civile et citoyens, avec un accent particulier sur la jeunesse – poursuivent leurs efforts en vue d’asseoir fermement les principes démocratiques.
- Que le pays renforce ses institutions qui sont les gages de cette stabilité, de sorte qu’elles recueillent l’adhésion et la confiance de tous.
- Et enfin, j’émets le vœu que les dirigeants du Burkina accordent davantage de place à la jeunesse de ce pays afin de la préparer à assumer les rênes du pays le moment venu. Car faire le pari du renouvellement, c’est investir dans l’avenir, c’est faire confiance à nos enfants et miser sur eux ; mettre en place des institutions fortes qui demeurent au-delà des individus, c’est faire preuve de clairvoyance en inscrivant son action dans la durée ».

Tournée d’Obama en Afrique

Comme il fallait s’y attendre, l’Ambassadeur n’a pas passé sous silence la récente tournée du président américain en Afrique. Citant le discours de Barack Obama à l’Université de Cape Town, M. Dougherty a relevé ceci : « L’Amérique est impliquée en Afrique depuis plusieurs décennies. Mais nous tendons maintenant à aller au-delà de la simple assistance pour nous engager dans un nouveau modèle de partenariat entre les Etats-Unis et l’Afrique – un partenariat d’égal à égal... Nous concentrons nos efforts sur trois domaines qui guident notre vie : les opportunités, la démocratie et la paix ».

Grégoire B. BAZIE et Jessica RAT
Lefaso.net


Quelques réactions

Simon Compaoré, ancien maire de Ouagadougou : « L ’Ambassadeur a été très ouvert »

« C’est la fête de la Première Puissance Mondiale, d’un pays où on a beaucoup à apprendre, donc nous sommes venus saluer ce pays.
L’Ambassadeur a été un homme très ouvert, qui a essayé de s’immiscer dans la société burkinabè : comme il l’a dit tout à l’heure, il a beaucoup voyagé dans le pays…
Quant aux projections qu’il fait, les souhaits qu’il émet pour l’avenir du Burkina Faso (d’enraciner la démocratie, que les jeunes soient propulsés sur le devant de la scène) je crois qu’on est d’accord. C’est également notre politique. »

Moussa Ouattara, ministre des Enseignements Secondaire et Supérieur : « Pour rendre hommage à ce pays »

« En tant que Ministre, je suis venu ici d’abord pour rendre un hommage à ce pays qui a connu une indépendance très ancienne, avec lequel nous collaborons régulièrement.

Nous sommes concernés par les relations avec les Etats-Unis du fait, au niveau de notre ministère, que nous effectuons beaucoup d’échanges dans le cadre des études, tel que des stages, avec ce pays.

Je n’ai pas eu particulièrement des rapports privilégiés avec l’Ambassadeur des Etats-Unis (NDLR : Thomas Dougherty), mais on se salue avec grande courtoisie quand on se rencontre ».

Propos recueillis par GBB et JR
Lefaso.net

Word - 15.9 ko
Allocution de l’Ambassadeur Thomas Dougherty à l’occasion du 237ème Anniversaire de l’Indépendance des Etats-Unis d’Amérique
Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés