Sénat au Burkina Faso : L’adoption de la loi divise des Bobolais

jeudi 23 mai 2013

C’est fait. La loi portant création et fonctionnement du Senat au Burkina Faso vient d’être votée le mardi 21 mai 2013. 81 voix pour, 46 voix contre et 0 abstention, le Senat compte désormais parmi les institutions au Faso. Au lendemain du vote, nous avons tendu notre micro à des Bobolais pour recueillir leur avis qui s’avèrent divergents.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Sénat au Burkina Faso : L’adoption de la loi divise des Bobolais


Seydou Diabo, journaliste :
« Le niveau de la démocratie au Burkina ne lui permet pas d’instituer un Sénat »

« Je puis dire que l’adoption de la loi portant création et fonctionnement du Sénat est une bonne chose en ce qu’il participera à l’ancrage et à l’approfondissement de la démocratie au Burkina Faso. Les assises nationales ont planché sur nombre de sujets en l’occurrence le Senat. Alors je pense que si des burkinabè ont accepté qu’on institue cette structure, j’estime qu’ils ont leur raison et la bonne. En ma qualité de journaliste, je ne peux pas avoir un point de vue tranché sur la question. Nous attendons juste de voir comment cette institution sera implantée dans notre pays parce que nous sommes dépendants de l’aide extérieur. Nul ne doute que notre démocratie est voilée et nous avons des gens qui ne savent rien de cette démocratie. La pauvreté s’étale à perte de vue et je pense que dans ces conditions, il est difficile d’instituer ces genres de chambres républicaines dans notre pays. Tout compte fait, je ne le condamne pas. J’estime simplement que nous n’avons pas encore atteint ce niveau de démocratisation au Burkina Faso pour l’institutionnalisation d’un Senat.

Abdoul Dramane Zonou, commercial
« Le Senat est une machination »

Je suis farouchement contre la loi sur la création du Senat. Mais le mal est déjà fait. Je ne vois réellement pas l’intérêt de cette institution. Quel sera d’ailleurs le rôle de l’Assemblée nationale ? On nous fait savoir que le Senat peut être un contre-poids de l’Assemblée. Alors qu’ils oublient que ce sont les mêmes personnes appartenant au pouvoir en place qui vont y siéger. Ils ne feront qu’entériner les lois. Le Burkinabè lambda est assez intelligent de nos jours. Quand on considère le budget devant permettre le fonctionnement de cette institution, c’est le contribuable qui va en pâtir. Je pense que nous avons d’autres priorités plus urgentes, à savoir l’emploi des jeunes, gages d’un rayonnement sur l’économie. En vérité, les burkinabè n’ont pas besoin du Senat maintenant.

Ardjouma Sanou, directeur de cabinet du maire de la commune de Bobo-Dioulasso
« Ce sont les règles de la démocratie et il faut savoir faire des sacrifices »

Je pense que la loi qui a été votée pour la création et le fonctionnement du Senat est une bonne chose. Elle entre en droite ligne de notre loi fondamentale qui prévoit la création du Senat. Aujourd’hui beaucoup d’avis estiment qu’il est budgétivore, mais ce sont ainsi les coûts de la démocratie. Ce sont les règles de la démocratie et il faut accepter faire des sacrifices.

Bakari Alexandre Sanou, directeur régional de la Culture et du Tourisme des Hauts-Bassins : « Le Sénat va renforcer la démocratie burkinabè »

Dans le cadre de l’approfondissement de la démocratie, il est plus que nécessaire d’installer le Senat qui regroupe plusieurs sensibilités et renforce le pouvoir législatif. Je suis d’accord avec ceux qui évoquent l’aspect financier. Mais lorsqu’on met en place les ministères, les directions régionales… tout cela nécessite des fonds. Ce qui est important est de savoir quel apport cette institution va entrainer dans l’avancée de la démocratie. Parce que la démocratie n’a pas de prix. L’apport du Senat n’est pas à juger en termes d’argent. Il est en termes de lois, de coexistence pacifique, d’organisation du pays pour un meilleur développement.

Moussa Zerbo, correspondant provincial UPC du Houet :
« C’est le mépris à l’endroit de la population que vient d’afficher le pouvoir en place »

A notre entendement c’est le mépris à l’endroit de la population que vient d’afficher le pouvoir en place. Pour la simple raison qu’on ne peut pas comprendre qu’un pays aux ressources limitées se permette ces grandissimes subventions. Aussi, pendant que d’autres pays à l’image du Sénégal s’évertue à supprimer le Sénat parce qu’il estime qu’il est budgétivore, notre pays se permet d’en créer un, qui en réalité, est un doublon. Je ne vois pas l’importance de cette institution. Des problèmes pendants sont là, attendant d’être solutionnés notamment les problèmes des étudiants et des travailleurs ; et voir le Senat qui est juste créé pour remercier des amis.

Ouoba/Ouoba Sophie, enseignante :
« Les députés nous sont largement suffisants »

Je pense que le Senat n’est pas si important pour nous. Les députés sont largement suffisants pour voter les lois. S’il faut encore un budget pour prendre en charge les sénateurs alors que la population n’arrive pas à joindre les deux bouts, il vaut mieux revoir les positions.

Propos recueillis par Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés