Autant le dire : Soyons d’accord sur un point et avançons ensemble

mercredi 22 mai 2013

Les débats sur la création du Sénat animent la vie politique ces derniers jours. L’assemblée nationale a donné officiellement son onction pour la création du Sénat au détriment des partis de l’opposition et de la société civile. Si les derniers cités sont opposés farouchement à la procédure de mise en œuvre du Sénat. L’ADF/RDA qui est de la mouvance présidentielle, affiche aussi un certain scepticisme par rapport à cette même procédure.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Gilbert Noël Ouédraogo lors des échanges sur projet de loi organique portant organisation et fonctionnement du parlement, a déclaré : « le sénat ne pose pas problème mais c’est la procédure de mise en œuvre du Senat qui en pose un ». L’ADF/RDA ne s’aligne pas totalement derrière le parti majoritaire. Le parti de l’éléphant souhaite qu’on s’accorde sur le principe de la procédure de la mise en place du Senat. Les partis de l’opposition, eux, sont carrément contre l’idée du Sénat. Le groupe parlementaire « Alternance démocratie et justice » note ceci : « le Sénat sera un doublon ; il n’apportera rien de plus que l’Assemblée nationale actuelle en matière de vote de lois et du contrôle de l’action gouvernementale ».

L’union pour le progrès et le changement pour sa part soutient « alors que l’Assemblée nationale peine à donner entière satisfaction aux citoyennes et citoyens par la qualité de son travail et de son fonctionnement , l’honnêteté intellectuelle et la probité morale commande ni de reconnaître que le Sénat ne contribuera pas à améliorer la qualité du travail parlementaire ». Ces positions de l’opposition font suggérer à certains cette préoccupation « ils étaient où au début du processus ». Certaines voix de l’opposition en arrivent même à regretter leur participation au Cadre de concertation sur les réformes politiques. En effet si l’opposition avait pris part à cette concertation, elle pouvait mettre son veto sur ce projet de loi. Mais cela n’a pas été le cas. Il n’y a pas eu d’opposition au CCRP et l’Assemblée nationale en sa 3ème République, a adopté le principe ; il reste cependant la loi organique portant organisation et fonctionnement que viennent d’adopter les députes.

N’empêche que les deux partis avancent ensemble mais que dans la mise en œuvre du Sénat, la majorité puisse prendre en compte certains critiques formulées par l’opposition. Il est vrai que l’opposition a raté la marche depuis le début du processus et il est, en ce moment, difficile de la rattraper. Mais il y a toujours des possibilités de redresser la barre et trouver ensemble un consensus pour avancer. Et comme l’a indiqué Zakaria Tiemtoré de l’ADF/RDA, il faut tout faire pour préserver la paix sociale. Ainsi pour y arriver, il faudra bien que chacun mette de l’eau dans son vin. Et mieux, que l’on puisse mettre plus l’accent sur les points de convergence. C’est ensemble qu’on pourra bâtir ensemble un Burkina émergent.

Firmin OUATTARA

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés