Fêtes de fin d’année : les vœux de Monseigneur Philippe Ouédraogo

lundi 24 décembre 2012

Comme à l’accoutumée, les fidèles catholiques burkinabè célèbreront la naissance de Jésus Christ, le 25 décembre prochain. Et après cela, ce sera les fêtes de fin d’année. En prélude à ces fêtes, Monseigneur Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou, a adressé, le vendredi 21 décembre dernier, aux catholiques et à l’ensemble de la population burkinabè, ses vœux. Il est également revenu sur l’actualité nationale marquée par les élections couplées Législatives-Municipales et la vie de l’Eglise catholique burkinabè.

Réagissez à cet article Réagissez
Fêtes de fin d’année : les vœux de Monseigneur Philippe Ouédraogo

« En cette veille des festivités de Noël et du nouvel an, je voudrais adresser, au nom de notre Eglise Famille de Dieu de Ouagadougou, à tous et à toutes nos meilleurs vœux et l’assurance de notre prière fraternelle », a indiqué d’entrée Monseigneur Philippe Ouédraogo, archevêque métropolitain de Ouagadougou.

Au lendemain de la fête de Noël, l’humanité entrera dans la nouvelle année 2013. « Tout est grâce et don de Dieu », dit l’archevêque. Pour cela, il a invité les fidèles catholiques, conformément au thème choisi par le Pape Benoît XVI, à être « des artisans de paix ». « Heureux les artisans de paix », tel est le thème de l’année 2013. Et selon Philippe Ouédraogo, le Pape définit l’artisan de paix comme « celui qui cherche le bien de l’autre, le bien complet de l’âme et du corps, aujourd’hui et demain ».

Le 2 décembre dernier, les Burkinabè ont voté les députés et les conseillers municipaux. Les résultats définitifs donnés par le Conseil constitutionnel donnent le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), vainqueur du scrutin. L’archevêque s’est réjoui du déroulement pacifique des élections. Se prononçant sur des cas de fraude présumées soulevées ça et là par des partis de l’opposition, Mgr Ouédraogo s’est juste posé la question de savoir « si les uns et les autres ont fait preuve d’intégrité ». Si tel est le cas, « tant mieux pour notre pays ». Mais s’il y a eu des cas de fraude avérée, il est à s’inquiéter de la manière dont le pays sera géré. « Il ne serait pas judicieux que des gens non intègres aient été élus pour diriger le pays. Mais comme les instances de justice habilitées pour se prononcer sur les cas de fraude n’ont rien dit d’abord, je ne peux pas me substituer à elles. Ce qui est sûr nous prierons pour les élus afin qu’ils soient intègres », a conclu Mgr Philippe Ouédraogo non sans rappeler que « le responsable est le serviteur de tous ».

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés