Edouard K Balkoulga, maire de Zorgho : « Nous avons travaillé à ce que la population ait accès à l’eau potable »

samedi 24 novembre 2012

En fin de mandat à la tête de la commune de Zorgho chef lieu de la province du Ganzourgou, Edouard K. Balkoulga n’est pas candidat à sa propre succession « sur recommandation de son médecin ». Au moment de passer la main à quelqu’un, l’édile de Zorgho se dit satisfait des réalisations faites pour les populations de Zorgho. Lisez plutôt !

Réagissez à cet article Réagissez
Edouard K Balkoulga, maire de Zorgho : « Nous avons travaillé à ce que la population ait accès à l’eau potable »

Lefaso.net : Vous êtes à la fin de votre mandat. Quel bilan tirez-vous de votre passage à la tête de la commune ?

Edouard K. Balkoulga : Au cours de notre mandat, nous avons travaillé à ce que les populations aient accès à l’eau potable. Lors de la campagne précédente, les populations avaient soulevé ce problème et nous leur avions promis d’y trouver des solutions. Je pense que nous avons pu résoudre ce problème car le plus gros lot du budget est allé à l’accès l’eau potable. Au jour d’aujourd’hui nous avons réalisé une soixantaine de forages, construire 17 km de canalisation et permettre à près de 600 personnes d’avoir l’eau courante à domicile. Avec le projet Zorgh’eau, nous avons injecté près de 450 millions de francs CFA dans le secteur de l’eau potable. Nous avons également élaboré un autre projet qui permettra d’accroitre l’offre avec la construction d’un château d’eau et la construction de près de 15 km de canalisation.

Vous ne vous présentez plus aux Municipales, tout comme le président de l’Assemblée Nationale qui est un cacique du CDP dans la région. Quelles sont aujourd’hui les forces de votre parti à ces élections à Zorgho ?

Je ne suis plus candidat sur recommandation de mon médecin. Mais notre parti, le CDP, rivalise ici avec l’ADF/RDA, l’UPC et la CNPB qui sont les plus en vue à Zorgho. Le camarade Roch Marc Christian Kaboré qui est de la région et qui était le président du parti a donné des instructions afin que son absence à ces élections n’affecte pas les performances du parti dans la province. Lui-même aide souvent à battre campagne dans certaines communes.

Notre force aujourd’hui est constituée des réalisations. Il y a cinq ans, les populations avaient des aspirations auxquelles nous avons essayé d’apporter des solutions. A la fin de nos mandats, nous nous rendons compte avoir répondu à certaines de leurs aspirations. Des infrastructures scolaires et sanitaires ont été construites dans certains villages et cela est, de mon point de vue, une preuve que le CDP est là pour résoudre les problèmes des populations.

Cela fait 6 jours que la campagne bat son plein. Comment appréciez-vous son déroulement à Zorgho ?

On voit des animations à certains endroits de la ville et dans les communes. Chaque parti s’est structuré pour battre campagne. Mais comparativement aux élections passées, j’ai l’impression que les candidats mènent une campagne de proximité. De petits regroupements devant les sièges des partis mais pas de grands meetings. Pour les législatives, la province a enregistré 21 partis mais pour les municipales, ce sont 6 partis qui se sont engagés. Et chacun tente à sa manière de convaincre les électeurs.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés