Campagnes électorales au Nord : La mayonnaise tarde à prendre cinq jours après le coup d’envoi

vendredi 23 novembre 2012

Depuis le 17 novembre à minuit, la campagne électorale en vue des municipales et les législatives ont ouvert ses portes. Chaque parti y va de sa stratégie pour convaincre les potentiels électeurs à se rallier à sa cause afin d’avoir de nombreux élus au soir du 2 décembre prochain. Au Yatenga, de nombreux partis se disputent les quatre places des députés et celles de 13 mairies. Cependant l’engouement est jusqu’à présent imperceptible dans les états-majors des formations politiques dans la capitale du Nord.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Campagnes électorales au Nord : La mayonnaise tarde à prendre cinq jours après le coup d’envoi

Où sont passés les partis politiques sommes-nous tenter de s’interroger. En effet, cinq jours après l’ouverture des campagnes municipales et législatives du 2 décembre à venir, de nombreuses formations politiques tardent toujours à se signaler sur le terrain « de la pêche » aux électeurs.

Hormis les partis dits naturels de la cité de Naaba KANGO, à savoir l’ADF/RDA, et le CDP, les autres partis engagés dans les deux scrutins, c’est porte close. Là aussi, au niveau du parti de ‘éléphant, les rencontre se tiennent plutôt du côté du pied à terre du président du parti qu’au siège du parti. A l’UPC depuis notre arrivée le 18 novembre les deux jeunes qui prennent le thé à la porte n’ont jamais eu une vraie information pour nous. Pire du côté de l’UPR, aucun renseignement n’est possible car il n’y a que les affiches. En ce qui concerne les 21 autres difficile de trouver leurs sièges et quand et où se tiennent leurs meetings ?

En tout cas c’est le CDP et l’ADF/RDA qui se frottent les mains pour le moment dans la ville. « Je ne comprends pas les autres partis politiques » dit un jeune soudeur, « ils ne battent pas campagnes mais seront les premiers à crier aux fraudes au lendemain du scrutin. » Boubakary SAWADOGO dit Boukson, lui pense qu’ils ne battent pas campagne par qu’ils savent qu’ils sont d’avance battus. « Ils ne veulent pas dilapider leur argent pour rien » a-t-il ajouté.

Abdoulaye SIMPORE est venu de Ouagadougou pour une formation. Pour lui, la plupart des formations politiques sont des plaisantins qui ne se signalent qu’à la veille des élections pour profiter des subventions de l’Etat. « L’Etat y gagnerait à limiter le nombre des partis politiques en imposant un quota à chaque élection. Celui qui n’atteindrait pas ce quota serait raillé de la liste des partis politiques au ministère de l’Administration territoriale. »

Mariam OUEDRAOGO gère une imprimerie, elle trouve que la campagne est morose cette année. « Nous attendons la 2e semaine pour voir comment les choses vont se passer car on ne voit que le CDP et l’ADF. »

En un mot, l’effervescence de la campagne n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière dans la capitale du entre Nord. Qu’à cela ne tienne, la population de Ouahigouya vaque comme d’habitude à ses occupations et se contente pour le moment des animations nocturnes qu’organisent le CDP et L’ADF pour présenter leurs programmes de campagnes.

Y. Alain Didier COMPAORE

RTB

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés