Vision Express sur… : La production des hydrocarbures

vendredi 16 novembre 2012

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la production de pétrole des Etats unis d’Amérique dépasserait celle de l’Arabie saoudite en 2017. Ce qui ferait donc des USA le premier pays producteur de l’or noir au monde. D’ici 2015, ils devraient détrôner la Russie du rang de premier pays producteur de gaz. Cela, toujours selon l’analyse de l’AIE grâce, ou à cause, c’est selon, la forte croissance de la production de pétrole et du gaz de schiste. On estime que l’Amérique pourrait, grâce au sable bitumineux et schistes, produire environ 6,4 milliards de baril de pétrole brut par jour.

Réagissez à cet article Réagissez

Ce qui devrait permettre au pays de l’oncle Sam d’être autosuffisant sur le plan énergétique. Parce que de nouvelles technologies de plus en plus innovantes permettent de booster l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste et, par ricochet, de stimuler l’activité économique des Etats unis d’Amérique. L’AIE prévoit une baisse des échanges intercontinentaux d’hydrocarbures de l’ordre de 5% au cours des 5 prochaines années. Et les importations journalières du premier pays consommateur d’hydrocarbures, que sont les Etats unis d’Amérique, vont chuter de 3 millions de barils sur la même période. Si ces différentes hypothèses s’avéraient, il faut dire que l’économie mondiale du pétrole s’en trouverait fortement modifiée. Avec, en prime, des conséquences politiques et géostratégiques.

En effet, on peut imaginer un moins grand intérêt des Américains à protéger avec le même niveau d’engagement, leurs alliés et amis que sont les monarchies pétrolières du proche et moyen Orient. Et l’indépendance énergétique des Etats unis vis-à-vis des monarchies donnera certainement des coudées franches à l’oncle Sam pour leur parler véritablement de démocratie et de droits de l’homme. Ce qui n’est pas le cas actuellement, si ce n’est que du bout des lèvres. Sur le plan économique, la production massive de pétrole et de gaz en Amérique aura une incidence sur les prix qui évolueraient à la baisse. Les pays consommateurs et enclavés comme le Burkina, se frotteront alors les mains. Quant aux grands producteurs d’or noir sur le continent, tel le Nigéria, l’Algérie, l’Angola, ils devront revoir leurs ambitions de développement. Car, les budgets de la plupart de ces pays reposent sur l’exportation des hydrocarbures. Mais, les consommateurs ne doivent s’en réjouir trop vite. Parce que, dans le même temps, l’économie mondiale devrait avoir surmonté la crise financière qui la secoue depuis 2008.

Avec la reprise de l’économie, la demande en énergie, et donc en hydrocarbures, sera plus forte qu’elle ne l’est actuellement. Une augmentation des besoins d’importation des autres pays, notamment de la Chine, pourrait annihiler la baisse des prix escomptée de la réduction des importations américaines.

Aly KONATE (alykonat@yaho.fr)

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés