Gestion des ressources naturelles : Le projet NEGOS-GRN tire les leçons des dynamiques locales de négociation

lundi 5 novembre 2012

Le projet NEGOS-GRN tire à sa fin. Partenaires et acteurs chargés de sa mise en œuvre tiennent à Ouagadougou du 05 au 07 novembre 2012 la conférence finale pour tirer les ““leçons”” de ses quatre années d’expériences. Le programme a prend en compte trois pays (Burkina Faso, Mali et Sénégal), à raison de deux communes par pays. NEGOS-GRN associe institutions de recherche et opérateurs de développement pour un meilleur accompagnement des dynamiques locales de gestion décentralisée des ressources naturelles dans les communes rurales. C’est le ministre délégué chargé des collectivités territoriales qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette conférence.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Gestion des ressources naturelles : Le projet NEGOS-GRN tire les leçons des dynamiques locales de négociation

L’originalité de NEGOS-GRN est d’avoir voulu approfondir la réflexion stratégique et méthodologique sur les conditions et enjeux d’une gestion négociée et de la mettre à l’épreuve du terrain. Dans chacun des trois pays, équipes de recherche et équipes de développement ont travaillé ensemble. Deux sites ont été sélectionnés à chaque fois. L’idée étant d’accompagner localement la négociation de la gestion des ressources naturelles. Cette conférence finale est donc l’occasion de tirer les leçons de toutes ces expériences accumulées dans ces différents pays. Déjà, 21 notes de politiques ont été élaborées à l’intention des autorités politiques et des acteurs de terrain.

« On doit produire un guide méthodologique pratique destiné aux responsables des collectivités locales et aux acteurs locaux pour voir comment mettre en œuvre au mieux possible cette gestion négociée des ressources naturelles », assure Christian Castellanet, responsable scientifique de l’ONG GRET de Paris, principal partenaire du projet NEGOS-GRN.

Ces dernières années, il y a une sorte de compétition entre l’agriculture et l’élevage sur les ressources, occasionnant la multiplication des conflits. Malheureusement, les systèmes juridiques de nos pays ne prennent pas toujours en compte nos réalités locales. Parfois, les populations ignorent même le contenu des lois en vigueur. Le projet NEGOS-GRN propose donc la mise en place des règles consensuelles permettant de concilier légitimité et légalité. A travers ce projet, « nous avons voulu mettre en adéquation les lois avec les pratiques locales en nous appuyant sur les communes et les services techniques qui ont engagé le dialogue avec les communautés villageoises et les associations », soutient Pr Moussa Djiré, responsable scientifique pour le Mali du projet NEGOS-GRN pour le compte de l’ONG GESDA. Cette démarche vise à renforcer l’action publique par la Gestion des ressources naturelles (GRN).

« Le projet a pris comme porte d’entrée des institutions publiques tout en n’excluant pas les autres acteurs, à la différence des ONG qui se focalisent sur les populations entrainant une fragilisation des services techniques et une opposition passive de ces derniers », précise Pr Djiré.
Aussi bien au Mali, au Burkina qu’au Sénégal, le projet a mis en place des espaces de concertation appelés groupes d’apprentissage mutuel (GAM) où les différents acteurs se retrouvent pour discuter et convenir des règles à mettre en œuvre. Ensuite, ces résultats sont apportés au niveau national où les différents ministères qui participent au développement rural et les associations de développement rural viennent discuter
« Face à un pluralisme des normes persistant, et aux fragilités des institutions locales, travailler à négocier et stabiliser des dispositifs de gestion des ressources naturelles est aussi une façon de construire une action publique partagée et de renforcer tant les collectivités locales que les services techniques déconcentrés », reconnait Toussaint Abel Coulibaly, ministre délégué chargé des collectivités territoriales, président de la cérémonie officielle d’ouverture de cette conférence finale du projet NEGOS-GRN.

Pendant 72 heures donc, les participants vont se pencher sur les thèmes tels que : le rôle des collectivités locales dans la gestion des ressources naturelles ; l’effectivité des politiques foncières et de gestion des ressources naturelles dans le contexte de la décentralisation ; la mise en débat par l’intermédiaire entre intérêts économiques et entre institutions de protections de l’environnement ; le renforcement des services techniques et les collectivités locales à travers les actions des projets afin de donner une pérennité à ces actions…

Durant les quatre années de mise en œuvre, le projet NEGOS GRN a développé des outils de concertations afin de favoriser l’accès équitable aux ressources naturelles tout en faisant la promotion de la préservation de ces ressources vitales pour les laborieuses populations aujourd’hui et des futures générations. C’est pourquoi, Toussaint Abel Coulibaly a invité « les cadres des différents ministères qui participent à ces échanges à tirer des leçons de ce projet afin de mieux documenter notre administration sur les recommandations pertinentes qui vont continuer à augmenter l’efficacité de l’action publique en matière de GRN dans une vision partagée du développement durable ».

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés