Fonction publique : A lui seul, il percevait six salaires...

dimanche 4 novembre 2012

Le ministre burkinabè de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Soungalo Apollinaire Ouattara, a rencontré la presse nationale ce vendredi 2 novembre 2012 à Ouagadougou. Objectif de ce point de presse : faire le point du recensement biométrique des fonctionnaires de l’Etat entrepris du 28 mai au 5 août 2012. A l’issue de cette opération, 6250 agents présumés fictifs ont été dénombrés. L’évaluation financière des salaires perçus par ces derniers, de janvier à septembre 2012, est estimée à plus de 2,9 milliards de francs CFA.

Réagissez à cet article Réagissez
 Fonction publique : A lui seul, il percevait six salaires...

Le Système intégré de gestion administrative et salariale du personnel de l’Etat, (SYGASPE) enregistrait sur sa base de données au 31 juillet de cette année, 120 420 agents. A l’issue du recensement biométrique des fonctionnaires burkinabè -du 28 mai au 5 août 2012-, l’analyse a dénombré un effectif réel de 113 819 agents enrôlés en situation régulière. Une rapide différence fait état de 6 601 fonctionnaires qui ne se sont pas fait enrôlés. Au niveau de ces fonctionnaires non enrôlés, il ressort que 351 ont apporté des justificatifs. En effet, la plupart de ces derniers se retrouvent soit en détachement, en stage ou en mission à l’extérieur du pays.

A la fin donc de l’opération d’enrôlement, il se dégage en terme clairs que 113 819 sont considérés comme étant les agents réels de l’administration publique assainie et 6 250 agents suspectés inexistants car non enrôlés et non justifiés. L’incidence financière des salaires perçus par ces fonctionnaires présumés fictifs durant les 9 premiers mois de l’année 2012 donne un montant brut de 2,924 milliards de F CFA. Selon le ministre Ouattara, les premières investigations menées pour comprendre le phénomène sont hallucinantes. Un agent -arrêté et transféré à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), détenait six numéros matricules. En d’autres termes, il percevait à lui seul six salaires à la fin de chaque mois.

Quelles sont les sanctions prévues à l’encontre de ces agents présumés inexistant ? « La première mesure sera la suspension du payement de leurs salaires. Les autres sanctions seront d’ordre pénal. Des procédures judiciaires seront enclenchées certainement par l’agent judiciaire du Trésor public », selon Soungalo Ouattara qui ajoute : « tous les fautifs et les complices seront sanctionnés. Pour qu’un agent puisse avoir deux ou trois matricules, c’est-à-dire qu’il y a eu une complicité dans l’administration. S’il a pu aussi toucher plusieurs salaires durant plusieurs années, c’est qu’au niveau de la solde, il y a aussi complicité. Par conséquent, Ils seront tous puni… »

Par ailleurs, le ministre en charge de la Fonction publique a laissé entendre qu’il sera mis en place courant novembre, un Comité interministériel de vérification d’identité, pour statuer sur tous les cas de figures liés aux personnes non enrôlés.

Dimitri Kaboré

Fasozine

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés