Projet pôle de croissance de Bagré : La com avant le grand lancement

jeudi 29 mars 2012

En principe, c’est le 5 avril prochain qu’a lieu la cérémonie de lancement du Projet pôle de croissance de Bagré (PPCB) placée sous le patronage des plus hautes autorités du Burkina. En prélude à cet événement, le coordonnateur du PPCB, Issaka Kargougou, entouré de représentants de structures parties prenantes, a animé un point de presse ce mercredi à Ouagadougou.

Réagissez à cet article Réagissez

Objectif de cette rencontre avec la presse : donner aux journalistes de plus amples informations sur cet ambitieux projet qui, faut-il le rappeler, s’inscrit en droite ligne de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) du gouvernement burkinabè. « L’objectif général du projet Pôle de croissance de Bagré est de contribuer à accroître l’activité économique dans la zone de Bagré grâce à une augmentation des investissements privés, de la création d’emplois et de la production agricole.

En sa qualité de pôle de croissance, Bagré offre une plateforme d’activités agro-industrielles rentables de production, de transformation et de commercialisation susceptible de contribuer à l’atteinte des Objectifs de développement du Burkina Faso tout en faisant prospérer l’investissement privé grâce à un partenariat public-privé efficient’’, a expliqué le coordonnateur Kargougou.

Le PPCB est d’un coût total de 133,7 millions de dollars US (environ 67 milliards de F CFA) dont 115 millions de don de la Banque mondiale ; 8,7 millions de dollars US pour la contrepartie nationale et 10 millions de dollars US attendus des investisseurs privés devant bénéficier du fonds à coûts partagés. D’une durée de cinq ans (2012-2017), le projet comporte trois composantes : la composante 1 concerne l’amélioration du climat des investissements et des capacités institutionnelles ; la composante 2 porte sur le développement des infrastructures critiques et la composante 3, sur l’appui au développement des services critiques et des Petites et moyennes entreprises (PME).

Il est attendu du PPCB en termes de résultats macroéconomiques, l’accélération de la croissance ; la réduction du chômage et de la pauvreté et le soutien aux communautés de base vivant dans la zone du projet. En chiffres, 20 000 personnes dont 30% de femmes seront des bénéficiaires directs du PPCB. Sur les 20 000 personnes, 10 producteurs doivent bénéficier de terres irriguées et 10 000 autres producteurs doivent être bénéficiaires à titre d’employés agricoles, de propriétaires ou employés des entreprises de services. En outre, il est attendu, entre autres, du projet la création d’au moins 30 000 emplois, la production de 450 000 tonnes de produits agro-pastoraux (céréales, légumineuses, fruits et légumes). De façon indirecte, le projet ambitionne de faire au total 250 000 bénéficiaires.

Les préoccupations des journalistes ont tourné essentiellement autour du sort réservé aux petits exploitants agricoles ; les risques environnementaux ; les emplois à créés et la place dans la jeunesse et de la femme dans le projet ; de la situation de Bagré à la fin du projet. A entendre les conférenciers, il n’y a pas de souci à se faire, toutes ces questions font l’objet d’attention au niveau du projet.

Pour ce qui est du cas par exemple de l’environnement, le représentant de la Banque mondiale, Célestin Bado, a indiqué que son institution s’était d’abord assurée que la question est prise en compte avant de s’engager.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Imprimer l'article

Ajouter un commentaire

Vos réactions


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés