SN SOSUCO : 6 000 tonnes de sucre invendus

vendredi 20 janvier 2012

En plus de la crise sociale qu’elle traine depuis mai 2011, la SN SOSUCO doit désormais faire face à une situation de mévente. A peine deux mois après le démarrage de la campagne de production de sucre, l’entreprise est presque engorgée par plus de 6 000 tonnes de sucre en stock. En temps ordinaire, ce stock varie entre 600 à 800 tonnes. Le magasin central de la section ensachage qui abrite le gros des stocks est quasiment plein. Le visage ferme, Moctar Koné, adjoint au directeur général lâche sans coup férir  : « La troisième pyramide est déjà en mise en place ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Très amer, il se rappelle 2007 où la SN SOSUCO avait dû faire face à une mévente record de 17 ?000 tonnes. On s’en souvient, l’entreprise avait été obligée de louer des magasins à Banfora et même à Bobo-Dioulasso pour stocker sa production. Face à la gravité de la situation, indique le DGA, le gouvernement a dû intervenir à l’époque, en prenant un certain nombre de décisions, limitant l’importation du sucre et, dans le même ordre, en créant l’Observatoire national du sucre. Parallèlement, l’entreprise n’est pas restée les bras croisés et a procédé à une organisation de ses clients grossistes pour, a-t-on dit du côté du complexe sucrier, mieux affronter les fraudeurs. Le sucre importé et celui de la SN SOSUCO vont se côtoyer sur le marché sans heurt.

Mais cette sorte de modus vivendi ne va durer que quatre ans. Comment se fait-il que l’entreprise soit confrontée à une nouvelle crise de mévente ? Sans tergiverser, Moctar Koné pointe du doigt certains importateurs de sucre, sans cependant les citer. Il les accuse en effet, d’inonder le marché avec du sucre de qualité douteuse ou entré frauduleusement sur le marché national. Ce sucre vendu en granulé à 500 FCFA est impensable pour lui. Séance tenante, le DGA se tourne vers son ordinateur, consulte le cours mondial du sucre et lâche : « Quelqu’un qui a payé normalement ses taxes ne peut que vendre son sucre entre 580 et 600FCFA, le kilo ».

Ce, d’autant qu’à la date du 17 janvier ajoute-t-il, le cours mondial de la tonne de sucre était livré à 625 dollars contre 650 à 700 dollars en novembre 2011. Toutefois, la direction de l’entreprise garde l’espoir que la visite annoncée du Premier ministre en mi février soit salvatrice. A défaut, prévient Moctar Koné, la SN SOSUCO court vers une cessation de paiement aux conséquences incalculables.

Frédéric OUEDRAOGO

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés