Coupures d’électricité à Ouaga : Abidjan a-t-il coupé le jus ?

mercredi 3 février 2010

Dans notre édition du mardi 5 janvier 2010, nous nous félicitions de l’effectivité de l’interconnexion électrique de Ouagadougou avec la Côte d’Ivoire, via Bobo-Dioulasso, en ces termes : « Prévu pour s’achever en juin 2009, c’est finalement le 31 décembre que le projet a vu son aboutissement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Que devient leur projet d’interconnexion avec Bobo ? Se demandait d’ailleurs plus d’un Burkinabè, avec un ton non dénué d’un zeste de raillerie surtout accentué par le rendez-vous manqué de juin 2009. Désormais, on a la réponse à cette question. Et si l’on imagine que le déficit pour l’année 2009 au Centre régional de Ouagadougou était de l’ordre de 12 mégawatts et que le jus frais venu de Ferkessédougou via Bobo est de 86 mégawatts, il y a de quoi pousser un ouf de soulagement ».

Avions-nous crié victoire très tôt ? Oui, pouvons-nous répondre si les informations qui nous parviennent en ce début de mois de février étaient confirmées. Ces derniers jours en effet, bien des habitants de la capitale vivent les affres des coupures d’électricité qui rappellent la période noire dans tous les sens du terme, de mars 2008. Selon des sources concordantes, cela serait dû à la conjugaison de deux facteurs.
Choc de haut voltage

Le premier, que l’on pourrait qualifier d’accidentel, s’est déroulé au niveau de la Centrale n°1 sise à Paspanga où un agent de la Sonabel aurait été électrocuté. Conséquence, les machines ont été arrêtées, ce qui expliquerait les coupures d’électricité dans certaines zones, pour ce qui concerne la soirée du lundi 1er février 2010. Quant aux interruptions des autres jours, elles seraient provoquées par à une situation qui, si elle était avérée, est, avouons-le tout de suite, inquiétante. Il nous revient en effet que la Côte d’Ivoire aurait interrompu sa fourniture d’électricité au Burkina, parce qu’elle-même n’arrivant pas à satisfaire sa propre demande nationale.

Tout serait parti de l’arrêt, pour trois mois, de la centrale thermique AZITO, occasionnant un manque de 150 mégawatts sur l’ensemble de la production ivoirienne estimée à 1200 mégawatts. Et un plan de délestage aurait été mis en œuvre. Tous les pays à qui la Côte d’Ivoire vend de l’électricité notamment le Burkina Faso pourraient donc peu ou prou être touchés.

La nouvelle fait quand même l’effet d’un choc de haut voltage sachant que même au plus fort de la crise entre les deux pays, le contrat en électricité n’a pas été violé, pas même une seule fois. Alors que se passera-t-il ? Mystère et boule de gomme en attendant que les prochains jours nous en disent davantage. Aux dernières nouvelles, le directeur général de la SONABEL, Salif Kaboré, serait en mission d’urgence au pays d’Houphouët pour certainement tenter de démêler cet écheveau énergétique qui a vite fait de prendre une tournure politique.

Le président Blaise Compaoré est, ne l’oublions pas, Facilitateur de la crise ivoirienne qui n’en finit pas de s’éterniser et beaucoup de ses compatriotes ne comprendraient pas que son homologue Laurent Gbagbo lui fasse ça. Pas maintenant. Il semble cependant que les différents protagonistes s’affairent pour trouver une solution dans l’intérêt bien compris des deux parties.

I.K.B

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Messages

  • Le Togo et le Ghana seront aussi bientôt dans la même situation si ce n’est encore le cas. Les coupures vont continuer. Même la CI n’y peut rien. il nous faut tout simplement une centrale sous-regionale qui va partager du jus complémentaire à tout les pays. Nous aurons presque chaque année la même situation.

  • Quelle relation entre le Fait que B.C. soit facilitateur en CI et que la CI ne puisse pas satisfaire sa demande internet ? Vous pensez sincerement que Gbagbo va priver son pays de courant pour les beaux yeux de notre facilitateur ???? Il faut arreter de rever.

  • Eh oui on est encore pris au depourvu.Il est grand temps que la sonabel change son fusil d’épaule.La solution ne vient pas forcement de l’extérieur.Pensez énergie solaire dès à présent c’est à croire que nous manquons d’initiatives.Pendant que les gens s’activent pour une auto suffisance énergétique ,on s’enlise dans d’incertains contrats de fourniture d’electricité.A t-on seulement penser que la côte d’ivoire pouvait éprouver tot ou tard des difficultés à honorer ses engagements ? Le gouverment devrait plutôt refléchir à une libéralisation du secteur electrique.Il y a des opérateurs économiques qui pouraient installer des centrales electriques partout où ils voudraient pour soulager un temps soit peu nos paisibles citoyens dont les efforts économiques sont mis à rude épreuve par le manque de courant.POUR LE SALUT DE MON PEUPLE EN AVANT

  • Nous vivons également cette situation de coupure à Bobo dépuis un certain. Un jour sur deux maintenant il y a coupure dans mon quartier (ouézzinville et bindougousso), coupure qui dure plus d’une heure le plus souvent. Vivement qu’une solution soit trouvée le plus tôt possible pour juguler cette situation

  • Quelle idéee de dépendre du voisin pour son approvisionnement en électricité ? Toutes les solutions sont-elles épuisées ? avec un d’effort on aurait pu mettre en place un central solaire ou hydro électrique. Ca nous apprendra à toujours dépendre de l’extérieur.

  • Il y a bien longtemps que M. Kaboré n’a plus sa place à la tête de la SONABEL. On nous trouvera toujours de bonnes raisons pour expliquer ou communiquer mais le mal est là depuis plusieurs années. La presse s’est faite complice des sorties tumultueuses de la direction de la SONAEBL à tel point que l’objectivité a disparu au profit de l’encensement permanent du directeur de la sonabel. Vivement le recrutement des directeurs de société par voie de concours et sur base d’objectifs ou de résultats.

  • salu ce n’est pas etonna il faut que le burkina arrete de vivre a sous couvert ce serait dangereux pour noter economie

  • Ne dit on pas que quand t’es couché sur une natte d’autrui tu es couché par terre.nous sommes mossi et ce dicton est notre heritage.pas besoins de faire (science politique) a Paris pour le comprendre.Tous les problemes de la sociéte viennent du faite que nous sommes prets a tous enprunter pour ameliorer notre quotidien peu importe le prix a payer demain.Vous pouvez me croire ce que nous vivons aujourd’hui n’est que la queue du probleme d’abord.

  • Bonjour ,
    Nous sommes pas du tout content de ce qui se déroule avec leur soit disante interconnexion qui n’arrange rien.
    j’ai l’impression que ce projet a été unmoyen pour les un et les autres de se remplir la poche et s’assoir pour dire que c’est certainement un problème au niveau de la souce d’alimentation qui est la Côte d’Ivoire, cherchons ailleurs notre bouc émissaire.
    La question que nous devons nous poser est d savoir si les machines achetées à cet effet sont en bon état, ce sont des machines usées ou de nouvelles ? de toute les façons, ils ne vont jamais admettre que ces machines sont obselettes et accepeter que l’on fasse une expertise.
    Où allons nous dans un état pareille où nous ne savons de quoi demain sera avec nos parents fonctionnaires qui se debrouille pour survrivre et cette jeunesse qui ne sait ou elle va sans aucune occupation ? Moi je dirais vers un desatre qui n’a pas de nom.

  • C’est malheureusement prévisible au moindre incident de part et d’autre ! De plus, cela ne peut marcher efficacement que si les 2 pays sont proches en réalité de couvrir leurs besoins à 100 %. Si un pays comme le Burkina a un déficit élevé, il ne pourra que se confronter à ce genre de problèmes régulièrement.
    A quand une réelle stratégie pour réduire la consommation électrique dans les bâtiments liée aux climatisations ? C’est essentiellement ce problème de climatisation qui explique le doublement de la consommation électrique en période chaude et que la Sonabel n’arrive pas à satisfaire car trop couteux en investissement pour quelques mois par an ! Il faut travailler à la construction de bâtiment mieux conçu de type bioclimatique. Aller visiter le siège de l’Eier-Etsher à Kamboinsé qui montre que l’on peut pratiquement se passer de climatisation toute l’année si le bâtiment est bien conçu !
    De plus, l’usager n’a qu’à régler sa clim. Dans certains bureaux à Ouaga, on a l’impression de rentrer dans des chambres froides. Enfin, on n’est pas obliger de climatiser son bureau dès 7 heures du matin, car un simple ventilo peut suffire !

  • Source : Rodolphe Flaha / Abidjanshow.com

    Coupure d’électricité : La Côte d’Ivoire vers un KO total

    L’on sait la société ivoirienne de raffinage (SIR) dans l’agonie. Au tour de la Société Ivoirienne d’électricité (CIE) d’annoncer le délestage sur toute l’étendue de la Côte d’Ivoire pendant trois mois.

    Pendant trois (3) mois les populations vont vivre dans l’obscurité totale. Parce que la centrale thermique d’Azito serait en panne. La vérité que l’on veut cacher à la Côte d’Ivoire est que pour mauvaise gestion, la SIR est au bord de la faillite et le pays est en proie à une pénurie de gaz et de carburants.

    Sinon, comment une simple panne d’une turbine d’Azito peut-elle provoquer un délestage au plan national et pendant trois (3) mois. Que deviennent alors les autres barrages hydro-électriques à travers le territoire national ?

    Le pire dans cette histoire, c’est que toute notre vie moderne est tributaire de l’électricité. S’il n’y a pas de courant électrique, les industries et autres entreprises ne peuvent fonctionner. D’où la marche au ralenti ou même la paralysie des activités industrielles, voire de toutes les activités tout court.

    La distribution d’eau par la SODECI est menacée également parce que la SODECI fonctionne avec l’électricité. Imaginons-nous une vie dans un pays sans activité, sans eau ni électricité, par la faute d’une gestion opaque d’un régime.
    Voir sur http://www.abidjanshow.com/v2x/home/article/index?id=7492&categorie=106

  • A quand un plan de délestage pour l’utilisation abusive des climatiseurs dans les bureaux ? Un ventilateur consomme 10 à 20 fois moins !
    Il est loin le temps de la révolution avec l’utilisation restreinte de la climatisation par tous ! Finalement, la climatisation dans ce pays si pauvre est un luxe car la priorité de chaque kwh (dont le coût est d’ailleurs exorbitant lorsqu’on ajoute les taxes, redevances mensuelles) consommé devrait servir prioritairement à produire dans les unités artisanales, industrielles etc.

  • c’est tout de meme pitoyable pour un pays qui aspire à un developpement digne de ce nom. Sinon comment peut on qualifier une telle situation, surtout que la mise en ser vice de cette interconnexion ( bobo ouaga via la cote d’ivoire) date d’à peine un mois ? Peut on ns dire si l’excedent en electricité ivoirienne avait été maitrisé pour une quelconque exportation ?Et que dire des milliards engloutis ds ce travail gigantesque si c’est pour se retrouver à la case de dépard ?

  • L’interconnexion avec un pays voisin n’a absolument aucun avantage surtout dans un continent comme l’Afrique où la stabilité politique est quasi inexistant.

    Cette interconnexion c’est un gros investissement dans le vide. Elle ne peut être considérée comme une solution à long terme même si tout se met à refonctionner correctement d’ici là.

    C’est vrai que le Burkina est un pays pauvre (afin c’est ce qu’on dit), mais oublier la notion du long terme dans les projets que nous menons, c’est s’enfoncer dans la pauvreté.

    L’entretien des lignes et des installations annexes dues à cette interconnexion, les factures (peu importe les termes du contrat), à long terme ne peut pas être profitable au Faso.

    Ajouter le facteur instabilité politique et vous verrez que c’est un investissement dans lequel rien n’est sûr....

  • franchement le burkina doit beaucoup investir dans
    les energies renouvelables,ca fait quoi de former les jeunes
    dns ces energies avec le soleil qu,on a bf...aujourdhui avec le soleil on est capable de cuisiner, alimenté des maisons par un système de rafraichement,alimenté les voix
    publiques etc... je travail dans ce domaine a exterieur et je suis incapable de donner ma connaissance aux jeunes du
    bf dans les centres de formation en t q benevol pour 1an pour koi pas plus mais on me demande des milliard de papiers. mes frères du faso
    je vous demande des conseilles par rapport aux demarches...ou je dois vraiment passé.....
    nyno

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés