Autant le dire… : J’ai vraiment peur pour l’avenir de ce pays

lundi 5 novembre 2012

Un ami m’a dit un jour de fuir ce pays parlant du Burkina Faso. Je croyais sincèrement qu’il s’amusait parce qu’il m’a dit que ce pays n’a pas d’avenir. J’ai répondu en lui disant qu’il était trop « défaitiste », et qu’au contraire, il faut travailler à donner un avenir au pays des hommes intègres. Mais en vérité, et à mesure qu’on avance, j’ai l’impression que mon ami a des raisons valables si on ne réoriente pas véritablement et très sérieusement nos politiques de gouvernance.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Ce que j’ai vécu en effet jeudi, dernier n’a pas de sens. Autrement dit, le « bon sens » ne permet pas de comprendre certains comportements. En rentrant à la maison sur ma moto, après une journée bien remplie, j’ai pu au moins m’acheter un demi-litre de Dafani que je m’empressais d’aller siroter et dormir. Soudain, devant moi, sur le boulevard en face de la station d’essence Shell et venant du Mali, jaillit un camion « dix-tonnes ». Encore eux ! Ce camion-là transportait à la fois des personnes, des sacs de maïs, des animaux, et divers objets.

Dans la manœuvre, j’arrive à éviter la collision. Néanmoins, je me suis retrouvé à terre, le genou suffisamment écorné puisque le pantalon que je portais est déchiré à cet endroit-là. Le chauffeur du véhicule, qui n’avait ni respecté le stop, ni le sens giratoire, descend et me tance en ces termes : « vous avez vu que je suis engagé, vous ne pouviez pas vous arrêter et me laisser passer ? ». Je tombe des nues. D’abord j’aurai voulu qu’il cherche à savoir si je suis blessé ou non. Ensuite, si mon engin a été endommagé ou non. Rien de tout cela. Ce qui l’a intéressé, c’est que je n’ai pas raison et que je suis à l’origine de ce qui venait de se passer. Je tente en vain de le raisonner.

C’est sur ces entrefaits que s’est formée autour de nous une foule de personnes venues d’où je ne sais. Personne ne voulait comprendre mon mal, dû à la grosse plaie que je portais au genou. Ce qui importait pour le chauffeur du camion, c’est de réussir à faire partir le véhicule qui était en faute et à m’obliger à accepter le règlement « à l’amiable » sur le champ. Puisque, sur les lieux, quand j’ai demandé à faire venir la section accident de la police pour le constat, personne ne voulait me laisser faire. J’ai même reçu des menaces, si bien que j’ai failli demander à la police de ne pas se présenter sur les lieux.

Parce que la « troupe » était tellement remontée contre moi (parce que j’ai voulu tout simplement qu’on fasse un constat). Néanmoins, la police arrive et fait son constat dans une atmosphère assez tendue. Sous les menaces, j’ai demandé à la police de m’aider à me soustraire de la foule. L’un des deux m’a fait savoir qu’ils n’étaient pas venus pour cela. J’ai alors profité d’un « cafouillage » pour prendre ma moto et emprunter des voies contournées pour me retrouver au commissariat. J’avais réellement peur qu’on ne m’agresse physiquement, moi qui suis la victime ! Au commissariat, j’ai tout simplement demandé de vérifier si le véhicule est en règle.

Ce constat fait ressortir que l’assurance a expiré depuis le 4 avril 2012. Seule la visite technique est à jour. J’ai alors demandé qu’on lui fasse prendre une assurance. Puis je suis rentré chez moi.
De tout cela, j’ai retenu que dans ce pays, avoir raison et avoir tort, c’est la même chose. En outre, je retiens que les gens veulent d’une chose et de son contraire.

Ils veulent la justice, mais quand elle les arrange. Ou pourrait même dire qu’ils veulent une justice exclusivement au bénéfice des plus faibles. En clair, le plus fort ne doit en aucun cas avoir raison. Par ailleurs, quand on considère que ce sont des jeunes qui adoptent des comportements du genre, on a peur de l’avenir. Surtout que du côté des pouvoirs publics, on donne l’impression de calmer les situations, sans véritablement les résoudre. Alors, si chacun vient à chercher à résoudre son problème par lui-même, ce sera tout simplement la jungle. Touchons du bois !

Dabaoué Audrianne KANI

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Messages

  • Et c’est a à cause de cet incident bancale que vous vous permettez de dire que mon pays est sans avenir. Si vous aviez un coeur de patriote vous n’aurez jamais di cela ! Votre article doit etre retiré ! Comment jugé l’avenir d’un pays suite à un accident si insignifiant quand on voit ceux des routes de campagne et la l’injustice qui va avec... ; Si vous aviez fait un tour dans les hopitaux, les écoles, le tribunal, la MACO, puis fait cette affirmation j’aurais pu comprendre. Mais là...

    • Fasopanga, et tous ceux qui incriminent ce monsieur, vous êtes des idiots ! Il faut analyser les faits et comprendre pourquoi il dit cela !

      Ce qu’il raconte, c’est la vérité ! La haine, la jalousie, font que si tu as un peu dans ce pays, ceux qui souffrent, pensent que tu l’as eu de façon malhonnête, comme les gens du gouvernement qui pillent ce pays ! Or des gens travaillent, par leur diplôme qu’ils ont mérité, et peuvent construire des châteaux, avec des sous bien mérités !

      Je suis d’avis avec ce monsieur, le Faso n’a pas d’avenir ! Regarder comme des gens réagissent à l’écrit de ce monsieur. Au lieu de tirer les enseignements que ce monsieur donne, certains l’insultent, d’autres l’incriminent. Or ce qu’il dit est lourd de sens ! La violence au Faso prend de plus en plus de l’ampleur et demain sera encore plus dangereux !

      Que chaque parent éduque mieux son enfant, lui enseigne les vraies valeurs civiques ! Et que les gens cultivent plus la tolérance et le compromis !

    • moi je ne trouve pas ça du tout banal,car c’est l’incivisme qui est entrain de prendre de l’ampleur et si nous ne faisons pas attention nous risquons de nous révolter contre nous même un jour.j’ai vécu une histoire semblable.un jour.Arrêté devant un feu tricolore comme à l’accoutumé ,un individu est venu percuter l’arrière de ma moto car voulant bruler le feu.Dieu merci on est tous sortis indemne. Ça n’arrive qu’aux autres on ne réalise pas tant que ça ne nous touche pas.ne vous inquiétez pas vous allez comprendre un jour vous qui trouvez ces histoires banales.Que Dieu nous protège tous !!!!!

  • Vous avez quand même réussi à me faire lire votre article bancal, plat et insensé. Je n’ai jamais vu un homme fort de ce pays rouler à moto, vous devez être modeste hein ! Ou bien vous avez eu écho que le délit d’apparence sera bientôt voté à l’assemblée ?

  • Apparemment, des internautes qui se sont exprimés avant moi, PERSONNE n’a compris le problème posé par D.A. KANI. Si ce que l’auteur a raconté là est considéré comme "banal", c’est que l’auteur a vraiment raison : le BF est perdu ! Quand on remet cet "incident" dans son contexte national et social, on peut dire : "Dis-moi comment tu circules, et je te dirai à quoi ressemble ta société". Les comportements dans la circulation révèlent les aspects suivants de la société burkinabè : 1) C’est ce que je veux qui importe, pas la loi, pas la règle, pas l’intérêt de l’autre. Si je veux passer je passe, les autres n’ont qu’à se chercher, que le feu soit rouge, vert ou bleu. 2) Quand je n’ai pas raison, je ferai tout pour pousser l’autre dans une situation où il doutera lui-même d’avoir raison : la meilleure défense c’est l’attaque. La victime est ainsi transformée en coupable. 3) Mon intérêt individuel et du moment est plus important que toute autre considération, au point que même l’intégrité physique de mon prochain ne m’intéresse plus.

    Et on ose dire que c’est l’auteur de l’article qui n’est pas "patriote" ?

  • Rien que des mensonges il faut arrêter de nous distraire si toute fois tu n’as rien à écrire

    Sache que la police après un constant embarque les engins concernés à moins que tu ne roulais sur deux motos car je ne sais pas où tu as pu avoir une moto pour profiter du cafouillage pour te rendre au commissariat en témoigne cette phrase « J’ai alors profité d’un « cafouillage » pour prendre ma moto et emprunter des voies contournées pour me retrouver au commissariat. »

  • Apparemment, des internautes qui se sont exprimés avant moi, PERSONNE n’a compris le problème posé par D.A. KANI. Si ce que l’auteur a raconté là est considéré comme "banal", c’est que l’auteur a vraiment raison : le BF est perdu ! Quand on remet cet "incident" dans son contexte national et social, on peut dire : "Dis-moi comment tu circules, et je te dirai à quoi ressemble ta société". Les comportements dans la circulation révèlent les aspects suivants de la société burkinabè : 1) C’est ce que je veux qui importe, pas la loi, pas la règle, pas l’intérêt de l’autre. Si je veux passer je passe, les autres n’ont qu’à se chercher, que le feu soit rouge, vert ou bleu. 2) Quand je n’ai pas raison, je ferai tout pour pousser l’autre dans une situation où il doutera lui-même d’avoir raison : la meilleure défense c’est l’attaque. La victime est ainsi transformée en coupable. 3) Mon intérêt individuel et du moment est plus important que toute autre considération, au point que même l’intégrité physique de mon prochain ne m’intéresse plus.

    Et on ose dire que c’est l’auteur de l’article qui n’est pas "patriote" ?

  • Djo, il serait mieux de partir d’un fait et d’une analyse plus pertinent et plus convaincant !

  • Ce journaliste révèle son manque criard de formation, il n’a aucun esprit critique, il fait dans l’information réactive et subjective.

  • EEEhhh Audrianne ,c’est quoi ça encore.Si j’avais su que cet article venait de l’express du faso je ne l’aurai pas lu. A cause de cet incident tu veux quitter ton pays ? Tu n’as rien vu encore. Allez bon voyage à toi et reste là bas pour de bon.On va se débrouiller chez nous ici

  • Peut être que le journaliste n’a pas su trouver les termes adéquats pour comprendre la peur et le ressentiment de Mr Kani. Mais je crois que le fonds est perceptible en un sens que la circulation devient de plus en plus dangereuse à Ouaga. Moi je prie tout le temps d’arriver au boulot comme à la maison saine et sauve. Facilement en cas d’accident la victime est maltraitée, la population soit reste inerte ou manifeste de la colère à l’égard de la victime. Moi j’ai été victime d’un cas de passivité effroyable, celui qui a endommagé mon engin a foncé avec son véhicule sur moi pendant que je lui demandais ses contacts, il a fui et point barre , mon pantalon a été déchiré, je pleurais, personne ne m’est venu en aide, lorsque j’en ai parlé à la police, ils m’ont juste dit, madame nous sommes policier mais lorsque nous crions au voleur, au voleur, malgré nos tenues, la population vient en aide au voleur. ALORS tant que vous n’avez pas eu le problème de Mr KANI je vous en prie, ne l’insultez pas. Tout simplement en patriote je comprends votre colère par rapport au résumé cité plus haut.

  • euh sur un point je suis d’accord avec vous sur le fait que vous disiez que les gens veulent la justice mais quand sa les arrangent.c’est ancré dans la nature humaine.mais je pense que quoi qu’il arrive on doit avant tout chercher la vérité. cependant je suis pas d’accord avec vous sur le fait que vous disiez que ce pays n’a pas d’avenir en vous basant sur ces faits. je suis de ceux qui pense que le destin n’est jamais tracé mais que c’est en se battant avec beaucoup de volonté que l’on s’en sort toujours....

  • euh sur un point je suis d’accord avec vous sur le fait que vous disiez que les gens veulent la justice mais quand sa les arrangent.c’est ancré dans la nature humaine.mais je pense que quoi qu’il arrive on doit avant tout chercher la vérité. cependant je suis pas d’accord avec vous sur le fait que vous disiez que ce pays n’a pas d’avenir en vous basant sur ces faits. je suis de ceux qui pense que le destin n’est jamais tracé mais que c’est en se battant avec beaucoup de volonté que l’on s’en sort toujours....

  • certaines interventions font peur . Ceux ci montrent vraiment qui est devenu le burkinabé. Ils n’ont pas été capable de comprendre l’article alors qu’ils savent lire et écrire. Vous voulez être agresser un jour dans circulation avant de comprendre ce qui est dit ?

  • Problème certes pertinent, mais mal posé, dans un contexte qui n’est pas le sien. J’allais dire hors sujet. Proposez nous deux articles différents.

  • Ho ce qui est Vrai c’est que au Burkina on réclame la justice mais, on n’est pas pret a assumer cette justice, on est les premiers a rechercher des raccourcis.. Et trops de Jalousie et de préjugés sur les biens des autres

  • A quand la mise en fourrière systématique de ces transporteurs mixtes ? Comment un tel transporteur peut avoir une assurance périmée depuis le 4 avril alors que tous les jours, il est contrôlé. La corruption dans ce pays a la vie dure.
    Je demande au ministre des transports de faire son job car ce n’est plus admissible de tels comportements où tout le monde peut mourir "cadeau" dans ce pays à cause de chauffards assoiffés d’argent ! s’il ne peut pas, qu’il démissionne !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2014 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés